Régions

Rabat: Les participants réitèrent leur adhésion aux agendas mondiaux sur le développement durable

La région de Rabat-Salé-Kénitra (R.S.K) a abrité dernièrement  la 11e édition du Forum mondial des régions avec la participation de 400 responsables et experts venant de 27 pays. Cette manifestation a été organisée par l’Organisation des Régions Unies-forum des gouvernements régionaux et des associations mondiales des régions (ORU-fogar) et la R.S.K.

Les participants à cette édition ont fortement réitéré, leur adhésion aux agendas mondiaux sur le développement durable. «Nous souhaitons réitérer fortement notre adhésion aux trois agendas mondiaux sur le développement durable, à savoir l’Agenda 2030, l’Accord de Paris et le Nouvel Agenda urbain, en assumant l’engagement à aligner nos politiques sur les défis à l’échelle mondiale et à faire en sorte que notre message de l’Agenda 2030 ne laisse personne de côté», ont indiqué les participants dans le document intitulé «Déclaration de Rabat» ayant sanctionné les travaux de cette édition, initiée par l’Organisation des régions unies (ORU-Fogar), en partenariat avec le Conseil de la région de Rabat-Salé-Kénitra.
Les participants à ce Forum mondial, placé sous le thème «Les régions face aux défis de mise en œuvre des trois agendas globaux», ont souligné qu’ils restaient convaincus que le niveau régional est l’échelon stratégique optimal pour l’implémentation de l’Agenda 2030 et la concrétisation et la territorialisation des objectifs de ces trois agendas. Le niveau régional constitue, en effet, la plateforme adéquate pour asseoir une participation effective des différents acteurs dans le cadre d’une nouvelle gouvernance de l’action territoriale basée sur un processus inclusif, partenarial, conforme aux principes de la démocratie locale, visant à penser et à co-construire le développement durable des territoires et en mesure de répondre aux aspirations des citoyens, ont-ils noté.

Les membres de l’ORU-Fogar se sont également dit, à travers cette Déclaration, convaincus que les gouvernements intermédiaires sont en mesure de mettre en place des solutions tangibles pour favoriser l’implémentation de l’Agenda 2030, l’atténuation du changement climatique et l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris. Ils ont, à cet égard, mis l’accent sur l’importance capitale du renforcement des capacités managériales et techniques des élus et cadres des régions en matière de planification stratégique, de gestion des ressources, de coopération internationale, de communication, de suivi et d’évaluation, faisant part de leur disposition à mettre en place des structures régionales inclusives, performantes et responsables.
Exprimant leur engagement à poursuivre les efforts pour l’élargissement du réseau des gouvernements intermédiaires et le renforcement de la représentativité des gouvernements régionaux dans les grandes manifestations à l’échelle internationale, les participants ont également sollicité l’appui des bailleurs de fonds pour permettre de légitimer l’accès des régions aux divers programmes de financement, au même titre que les villes, en assurant un équilibre pertinent dans la répartition des fonds pour le développement des divers programmes de développement régional.
Les conférenciers ont, par ailleurs, invité les organismes internationaux en tant que partenaires privilégiés à mettre en place des programmes de développement intégrés, à accompagner de manière rapprochée la dynamique régionale et à reconnaître l’échelon régional comme plateforme incontournable d’articulation entre le niveau des États et le niveau local.
Les travaux de ce forum étaient axés, notamment, sur «Les rôles, enjeux et défis des régions dans la mise en œuvre des trois agendas mondiaux», «Localisation des objectifs de développement durable à l’échelle régionale et rôle de la coopération décentralisée internationale dans la mise en œuvre de l’Agenda des Nations unies de développement durable à l’horizon 2030», «Rôle des gouvernements intermédiaires et des régions dans la territorialisation des Contributions déterminées au niveau national de l’Accord de Paris et défis d’accès aux financements des projets d’atténuation et d’adaptation» et «Potentiel des gouvernements intermédiaires et des régions dans l’intégration verticale des guidelines du Nouvel Agenda urbain».

 

Comment here