ActualitéMonde

Forum régional africain sur la science, la technologie et l’innovation : « L’Afrique est en mesure d’utiliser la STI pour atteindre les ODD, mais il reste encore beaucoup à faire »

Mardi 16 avril dernier, le Palais des congrès de la Palmeraie de la ville Ocre de Marrakech a tenu les travaux du Forum régional africain sur la science, la technologie et l’innovation (STI) qui était l’un des forum des pré-évènements de la cinquième session du Forum régional africain pour le développement durable organisé du 16 au 18 avril 2019 à Marrakech.

Lors de cette session ; les participants ont traité des opportunités concernant l’intensification des actions en considérant le rôle que la STI peut jouer pour accélérer les efforts visant à atteindre les ODD qui sont en cours d’examen au 5ème Forum régional africain pour le développement durable.

A rappeler a cette occasion que ces ODD sont : L’objectif 04 (éducation de qualité), l’objectif 08 (travail décent et croissance économique), l’ODD 10 (réduction des inégalités), l’objectif 13 (action pour le climat), l’objectif 16 (paix, justice et institutions fortes) et enfin l’objetif 17 (partenariats pour les objectifs).

La réunion de haut niveau a largement convenu que l’Afrique ne fera pas d’énormes progrès si elle ne modifie pas ses programmes d’enseignement pour répondre aux tendances technologiques actuelles ; ne réemploie pas sa jeunesse et ne l’utilise pas comme moteur du développement, notamment par le biais des STI.

Selon M. Mmboneni Muofhe, Directeur général adjoint de l’innovation technologique au Département de la science et de la technologie d’Afrique du Sud : « Nous devons affiner nos politiques en faveur d’une éducation intégratrice qui puisse créer de vrais emplois susceptibles de stimuler la croissance à un taux beaucoup plus élevé que celui que nous connaissons actuellement ; et nous avons besoin de partenariats avec le secteur privé si nous voulons atteindre ce niveau », L’Afrique, a-t-il ajouté, a encore beaucoup de chemin à parcourir pour assurer un développement inclusif et que personne ne soit laissé pour compte par le développement, d’où la nécessité pour les gouvernements d’adopter les nouvelles technologies pour faire le bond en avant.

Pour sa part ; le Ministre éthiopien de la science et de l’éducation, M. Afework Kassu Gizaw, a souligné que son pays s’efforce de devenir une puissance industrielle en Afrique, appuyé par des politiques économiques et des technologies de la communication renforcées.

Il a expliqué aux participants ce que son pays entreprend dans le cadre de sa politique nationale sur la science, la technologie et l’innovation (STI) pour investir dans les infrastructures de STI et l’innovation des jeunes grâce à une éducation pertinente et de qualité, entre autres programmes.

De son coté ; le Vice-ministre égyptien de la recherche scientifique, Yasser R. Abdel-Fattah, a évoqué les efforts fournis par son pays par le biais de la recherche scientifique et de l’innovation pour parvenir à un développement durable. Pour lui ; l’Égypte recherche l’excellence dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, ajoutant que son pays vise à être l’une des 30 meilleures économies du monde d’ici 2030.

« Notre objectif consiste à être une société créative et innovante produisant de la science, de la technologie et du savoir dans le cadre d’un système global garantissant la valeur développementale du savoir et de l’innovation et utilisant leurs résultats pour relever les défis et atteindre les objectifs nationaux », a déclaré M. Abdel-Fattah.

Pour Mme Karima Bounemra Soltane, Directrice de l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP), l’Afrique doit exploiter les opportunités offertes par la STI pour en créer de nouvelles pour sa population, en particulier pour les jeunes, si elle crée de nouveaux emplois susceptibles de favoriser croissance et assurer un développement durable.

Les participants ont également noté que les politiques gouvernementales sur le continent reconnaissent de plus en plus le rôle de la science, de la technologie et de l’innovation dans l’accélération du développement durable, mais qu’il reste encore beaucoup à faire.

Ce Forum africain sur la science, la technologie et l’innovation, organisé par le Département de la science et de la technologie du Gouvernement de la République sud-africaine et la Commission économique pour l’Afrique (CEA), a permis aux participants de discuter de la manière dont la STI peut aider le continent à atteindre un développement durable et l’Agenda 2063 de l’Afrique.

                                                                             Mohammed Drihem

Comment here