Régions

Campagne de prévention et de lutte contre les feux de forêts au niveau du Haut Atlas « L’Extrême inflammabilité des peuplements forestiers du Haut Atlas incite à la vigilance. »

 

Réputée pour ses essences forestières nobles notamment le thuya qui couvre une superficie de 134140 ha au niveau d’Essaouira et de Chichaoua et le Cyprès (6933ha), les genévriers (46.888ha), les pins (8200ha) et autres  qui meublent le paysage forestier de la zone surtout au niveau de la région de Marrakech et de Chichaoua ; la région du Haut Atlas se trouve etre très exposées aux risques des fex de forets à cause de ces peuplements résineux très vulnérables qui font la spécificité de la zone et qui sont extrêmement inflammables en présence de facteurs déclenchant notamment les hautes températures, la faible humidité atmosphérique favorisant la dissémination rapide du feu en plus de la sécheresse et les vents à fort pouvoir desséchant, sans oublier bien sûr la strate herbacée sèche qui augmente le facteur de risque de départ de feu.

Vue la situation; il y’a lieu de signaler que l’intervention de la Direction régionale des Eaux et Forêts du Haut Atlas (DREFLCD du HA) en matière de prévention et de lutte contre les feux de forêts repose sur une étude précise du milieu et des conditions météorologiques avec l’ajustement continuel des méthodologies d’intervention.

Dans ce sens ; la DREF/HT a mis en œuvre de nouvelles pratiques pour conduire les opérations afin de préserver la forêt des feux en se basant sur l’analyse systématique des enseignements tirés des expériences cumulées, en phase avec les défis actuels.

Concrètement, nous rapporte-t-on ; pour l’actuelle campagne 2019, la Direction régionale a mobilisé ses moyens matériels et humains pour une organisation optimale durant la prochaine saison estivale, qualifiée «  période à haut risque », avec l’objectifs : La prévention et la réduction du nombre de départ de feu et de superficies incendiées.

En matière de coordination, des réunions de suivi sont entreprises au niveau des Provinces pour la mutualisation des efforts et des moyens des différents acteurs impliqués dans la prévention et la lutte contre les incendies des forêts avec les différents partenaires.

En matière de prévention, on mentionne les campagnes de sensibilisation adressant des messages spécifiques visant les usagers de la forêt à travers des criées au niveau des souks hebdomadaires, les prêches du vendredi. En plus des réunions formelles au niveau local. La presse écrite et electronique, la radio et la télévision sont également des canaux utilisés aussi pour polariser la pensée vers une attitude responsable envers la forêt et éviter les gestes de mise à feu commis par inadvertance au niveau des espaces forestiers.

Aussi ; la Direction a également établi un programme de sensibilisation aux risques d’incendies avec ses partenaires potentiels comme le Ministère de l’éducation, les Associations locales, le Ministère de l’Equipement et du Transport, la Délégation de la Jeunesse et des Sports et les Autorités Locales et communales entre autres, vecteur positif pour poindre une dynamique pour éveiller la conscience écologique et densifier la réflexion dans ce sens, pour l’adoption de gestes et d’attitude « eco responsable » vis-à-vis de la forêt en vue de la préserver contre les différents sinistres notamment le feu.

En application de l’ordre des opérations pour la prévention et la lutte contre les feux de forêts, la direction a procédé à la vérification de l’état de fonctionnement de ses équipements et des infrastructures notamment  les pistes forestières ouvertes sur plus 228,68Km dont 54 Km d’entretenues, les 30 points d’eau aménagés, les (21) postes vigies vérifiés, les VPI et autres équipements de lutte ayant fait l’objet de maintenance.

Elle a également saisi ses services pour veiller à la disponibilité et le bon fonctionnement des moyens de communication et de positionnement : GSM, GPS, Jumelle, cartes des infrastructures……

Pour ce qui est de l’aménagement du combustible forestier,  la Direction a engagé  les travaux d’éclaircie, de taille et de débroussaillage et entretien des tranchées pare feu afin de réduire les accumulations de combustible, par ordre de priorité.

Ces opérations de compartimentation du combustible concernent les bandes de sécurité des infrastructures publiques et privées situées à proximité ou dans les forêts, et ce, en concertation avec les partenaires : le Ministère de l’Equipement et des Transports, les Autoroutes du Maroc, l’Office National des Chemins de Fer, l’Office National de l’Electricité, le Ministère de l’intérieur, les Opérateurs de Téléphonie Mobile, la société d’investissements énergétiques entre  autres … .

La Direction corrobore ce dispositif aussi ; par une sylviculture préventive visant  la modification structurelle de la forêt pour contrarier la progression du feu, en se basant sur la diversification des espèces tout en respectant  le paysage et le caractère de la zone, ainsi que les habitats de la vie sauvage, en passant par l’ouverture et l’entretien des coupures de combustible.

A rappeler enfin que l’analyse de l’historique des incendies depuis 2010 fait ressortir une baisse de la superficie moyenne incendiée à partir de 2015 par rapport aux années précédentes. En 2018 on a relevé 3 départs de feu qui ont été enregistrés au niveau du territoire de la DREFLCD du HA, avec une superficie touchée par le feu ne dépassant pas les 13 hectares.

Les causes de départ  des incendies révèlent une forte incidence des actions humaines, tant par négligence qu’intentionnellement.  Les usagers de la forêt, les fumeurs, les pratiques agricoles (apiculture….)  et pastorales, le brûlage du détritus en plein forêts, la fabrication illégale du charbon sont des causes entres autres de mise à feu en forêt.

Les préjudices dus aux pertes causés par le feu concernant les services  écologiques, économiques et récréatifs  fournis par la forêt sont considérables allant  de la destruction du couvert végétal, à la destruction  des habitats , à l’érosion , à la derégulisation du régime hydraulique , à l’envasement des barrages et autres… donc la vigilance est de mise pour préserver ce patrimoine naturel à forte valeur marchande et non marchande.

                                                                        ABOU ZOUHEIR

 

 

 

 

 

 

Comment here