ActualitéMaroc

ABDELKRIM BENATIQ DONNE LE COUP D’ENVOI A LA PREMIERE UNIVERSITE DES JEUNES AFRICAINS DU MAROC ORGANISEE A OUJDA SOUS LE THEME « Jeunesse africaine : levier de coopération Sud-Sud et promotion du vivre ensemble »

Dans le cadre des traditionnelles Universités dédiées aux jeunes Marocains du Monde que le Ministère Délégué Chargé des Marocains Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration a initié, ce dernier a organisé ; la première Université des Jeunes Africains au Maroc et ce, du 09 au 12 juillet 2019 encours dans la capitale de l’orientale Oujda  en partenariat avec l’Université Mohammed Premier.

La cérémonie d’ouverture des travaux de cette Première Université des Jeunes Africains au Maroc ; placée cette année sous le thème de : « Jeunesse en Afrique : levier de coopération Sud-Sud et promotion du vivre ensemble », a été présidée par Abdelkrim Benatiq ; Ministre Délégué Chargé des Marocains Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration qui était accompagné du ministre de la communication et porte parole du gouvernement Malien , du Wali de la Région de l’Oriental Mouad El Jamai ; du  Président du Conseil Local des Oulémas d’Oujda, Mustapha Benhamza et du Président de l’Université Mohammed 1ER  d’Oujda Mohamed Benkaddour.

Dans son allocution d’ouverture; Benatiq a souligné que cette Université sera marquée par une série de discussions et de débats enrichissants dans le cadre d’ateliers traitant de multiples sujets et questions, avec pour objectif de présenter aux jeunes africains les grandes lignes de la politique nationale de migration et d’asile adoptée par le Maroc depuis 2013 grâce à la sagesse et la perspicacité de SM le Roi Mohammed VI.

Il a rappelé notamment que ; conformément aux Orientations royales ; le Maroc a adopté en 2013 une politique migratoire volontariste et humaniste qui témoigne de la volonté du Royaume, terre d’accueil et d’ouverture, de renforcer ses assises démocratiques et sa vision de la société moderne, tout en faisant preuve d’un courage particulier et d’une prise de position claire et déterminée, en assumant sa part de responsabilité dans la gestion partagée et multipartite de la migration.

Par la meme occasion, Benatiq a mis l’accent sur les résultats de l’action que mène le Maroc dans le domaine de l’accueil et de l’intégration des immigrés, tout en rappelant que la nouvelle politique a permis de donner lieu à un ensemble de décisions et de mesures concrètes pour activer le processus d’intégration des migrants en régularisant leur situation administrative et en leur ouvrant l’accès à l’ensemble des dispositifs nationaux de santé, d’éducation et de formation, de logement de protection et d’emploi, au même titre que les Marocains.

Il a fait savoir à cet effet que cette politique solidaire dont la mise en œuvre se fait selon une approche participative impliquant les universités, les autorités, les instances élues, les acteurs associatifs et d’autres parties, a permis au Royaume d’occuper une place distinguée à l’échelon régional, continental et international en matière de gestion du phénomène de la migration, comme en témoigne notamment le Pacte mondial sur les migrations de l’ONU adopté à Marrakech.

La migration est un levier de développement et de solidarité, a-t-il poursuivi, estimant qu’une gestion rationnelle et efficiente de la problématique complexe des migrations requiert en premier lieu une vision humanitaire et une approche solidaire.

Pour sa part, le ministre malien de la Communication, chargé des relations avec les Institutions, Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, a salué la tenue de cette université des jeunes africains au Maroc, terre d’ouverture, de tolérance et d’hospitalité, chargé de tant d’histoire et de symboles du mieux vivre ensemble.

« Mon pays le Mali qui a tant d’étudiants au Maroc appelle à la multiplication de telles rencontres universitaires qui permettent de refonder une nouvelle citoyenneté africaine pour en faire une réalité tangible », a-t-il ajouté en assurant que le fait de promouvoir le vivre ensemble, favorisera l’interaction entre les cultures, les échanges et la communication.

Pour apprendre à vivre l’inter-culturalité et favoriser la rencontre interculturelle, il faut créer des espaces où les cultures peuvent non seulement coexister, mais aussi interagir et apprendre à se connaître au sein d’une même société universitaire comme le réussit si bien le Maroc depuis des années, a dit M. Sangaré.

Pour sa part ; Mohamed Benkaddour, le président de l’Université Mohammed Premier d’Oujda, a souligné que l’organisation de cette 1ère édition de l’université des jeunes africains au Maroc, par et pour les étudiants africains, s’inscrit dans le cadre de la politique d’ouverture de l’UMP, en harmonie avec les Hautes orientations royales appelant à placer l’Afrique et son développement matériel et humain eu cœur des préoccupations de la diplomatie marocaine.

Il a relevé a ce sujet ; que l’UMP qui accueille des centaines d’étudiants subsahariens issus de 18 pays amis et frères, et le Conseil régional de l’Oriental ont conçu et mis à exécution le projet de construction de la maison africaine dotée d’une cité universitaire d’une capacité de 400 lits, en plus d’infrastructures sportives semi-olympique et des espaces de loisirs pour accueillir et héberger dans les meilleures conditions « nos invités africains ».

  1. Benkaddour a saisi par ailleurs cette occasion pour exhorter toutes les forces vives du continent africain à une intensification et surtout à une institutionnalisation des programmes d’échanges entre les différentes universités africaines, par la mise en place de cursus de formation et recherche préparés en double ou co-diplômation et en co-tutelle au profit des jeunes étudiants et étudiantes, car, selon lui, c’est à travers ce type de collaboration que les futurs décideurs aiguiseront leurs compétences et savoir-faire pour mieux affronter les problématiques relatives au sous-développement du continent africain.

Outre un exposé introductifs sur « la culture religieuse et le patrimoine commun de l’humanité », le programme de cette première édition prévoit des débats axés notamment sur le patrimoine culturel maroco-africain, la politique nationale d’immigration et d’asile, l’approche multiples de la politique africaine du Maroc, et les programmes d’échanges d’étudiants et de promotion de la coopération Sud-sud.

A noter que le Maroc compte 20.000 étudiants étrangers dont 16.000 sont issus de pays africains et cette Université des jeunes est dédiée à ces jeunes étudiants africains qui ont choisi le Maroc pour leur formation et leur vie universitaire.

Enfin, il y’a lieu que les participant a cette Université des Jeunes Africains au Maroc ont été invité à suivi un exposé Introductif fait par Mr Mohamed Rifki, Secrétaire Général de la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains sur la thématique de la :« Culture religieuse et patrimoine commun de l’humanité » et ce, avant de passer aux travaux en ateliers prévus au programme de cette première Université des Jeunes Africains du Maroc qui se prolonge jusqu’au 12 juillet et ce, pour débattre de plus d’un sujet d’actualité tels que :

ü Le « Patrimoine culturel Maroco-africain » introduit par M. Mohamed El Hannach de l’Université Mohammed Ben Abdellah de Fès.

ü La « Politique Nationale d’Immigration et d’Asile » présentée par Ahmed Skim, Directeur des Affaires de la Migration au Ministère Délégué chargé des Marocaine Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration.

ü L’« Approches multiples de la politique africaine du Maroc » présentée par M. El Moussaoui El Ajlaoui de l’Institut des « Programmes d’échange d’étudiants et promotion de la coopération Sud-Sud en Afrique » au niveau de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale.

ü « Emploi des jeunes en Afrique » avec M. Mohamed Soubhi, Expert International en ressources humaines.

ü La « Diplomatie culturelle en Afrique : du processus d’élaboration à la mise en œuvre» présentée par Yahya Amara, Université Mohammed 1er d’Oujda.

Un dernier atelier sera consacré à la sensibilisation sur le vivre ensemble et sera animé par l’Association Marocaine des Petits Débrouillards.

Par ailleurs ; les organisateurs de cette première édition de l’Université des jeunes Africains du Maroc on concocté un programme riche et varié de sorties de terrain qui a permis aux différents participants de découvrir  les établissements de formation et de recherche de l’Université Mohammed 1er d’Oujda, l’ancienne médina de la ville d’Oujda, les sites historiques Tafoghalt et Zegzel,  les sites agricoles et l’Agropole de Berkane et enfin la station Balnéaire de la ville de Saïdia.

Mohammed Drihem

 

Comment here