Environnement

La sauvegarde de la cédraie de l’Atlas, une responsabilité collective

La sauvegarde de la cédraie de l’Atlas au Maroc, l’une des plus importantes du monde, est une responsabilité collective impliquant le department des eaux et forêts, les communes territoriales limitrophes, la société civile  et la population, selon Mohammed Benslimane, cadre de la direction provinciale des eaux et forêts à Ifrane.Intervenant dans le cadre d’une conférence sur le thème:” cédraie de l’Atlas, potentialités, contraintes et stratégie de préservation et développement “ organisée en marge du 4e festival international d’Ifrane(20-27 juillet) , il a mis en garde contre les multiples contraintes qui entravent la préservation de la cédraie de l’Atlas exposée au réchauffement climatique, à la désertification, aux incendies, à l’exploitation pastorale, aux coupes illicites , au défraîchissement, et au déséquilibre des besoins de la population qui dépassent de loin les ressources forestières.Il a rappelé l’importance du cédraie de l’Atlas, reconnue par l’UNESCO comme une réserve de biosphère qui concentre quelque 75 pour cent des cédraies dans le monde, et qui renferme d’importantes ressources hydrauliques .Il a ensuite exposé les différentes dispositions prises par le département en charge des eaux et forêts pour la sauvegarde et le développement de cette richesse sylvestre, soulignant les actions de régénérations  de la cédraie au niveau de la province d’Ifrane qui s’étend sur une superficie de 15.940, dont 7 165 ha concernent de nouvelles plantations.Ces  efforts s’inscrivent dans le cadre de la mise en application du plan décennal 2015-2024, qui prévoit le reboisement de 600.000 ha dont 30.000 ha de cèdres au niveau de la région d’Ifrane (Moyen Atlas) . Déjà des actions ont été entreprises pour la régénération du cédraie sur une superficie de 1000 ha dont 60 pour cent dans la region d’Ifrane et ce, en dépit des contraintes liées aux pressions pastorales, à la lutte contre l’érosion et les incendies et aux coupes illicites et clandestines.L’intervenant a traité aussi des opérations d’éducation et de sensibilisation de la population à la protection des forêts, à la lutte contre les délits forestiers , l’organisation des populations locales en associations et coopératives et associations et à la distribution des fours de cuisson et de chauffage en période hivernale pour la réduction des coupes de bois de feu et partant la valorisation de la femme rurale

Pour sa part, Rachid Rhafouri, cadre des eaux et forêts fait un exposé sur le Parc National d’Ifrane et les recherches scientifiques pour la préservation et le développement durable de l’écosystème.S’etendant sur presque 52.000 ha , ce parc constitue une importante réserve d’eau avec ses lacs, sources et rivières.Il recèle une faune riche de 37 espèces de mammifères dont des macaques et 140 espèces d’oiseaux dont des rapaces menacés de disparition, des amphibiens et d’oiseaux migrateurs.Ce parc , dit-il, est un pilier pour la conservation et le développement de la faune et de la flore et du patrimoine culturel.Il constitue aussi un espace pour l’essor du tourisme culturel et écologique en périodes estivales ou hivernales avec notamment les montagnes enneigées jbels Habri et Hibri et Mechliffen

Au Maroc, les forêts de cèdres occupent quelque 134 000 ha répartis entre le Moyen Atlas, le Haut Atlas, le massif de Bouiblane et le Rif, rappelle -t-on

Comment here