Uncategorized

IFRANE : LES POTINS D’UNE VILLE TOURISTIQUE

Qui en veut aux espaces verts d’Ifrane ?

Après la dégradation pure et simple du Site d’Intérêt écologique et biologique (SIBE) d’Oued Tizguite et de ses belles pelouses naturelles verdoyantes jadis devenue terres nues de nos jours à cause du fort piétinement des centaines de chevaux autorisés hélas ! par les conseils des collectivités territoriales d’Ifrane à la source Vittel et de Tizguite à la cascade du Refuge du Val d’Ifrane, on vient de remarquer encore une fois ; avec amertume et beaucoup de désolation que le conseil municipal d’Ifrane, sous les yeux des autorités locales, autorise cet été 2019 le piétinement même des espaces verts artificiels (jardins et parcs publiques ) par la foule des estivants et autres en vacances à Ifrane et ce, en autorisant l’implantation de tentes berbères et Kiosque pour des activités mercantiles sur les pelouses artificielles de la ville dont l’entretien et l’arrosage automatique mis en place coute les yeux de la tête du contribuable. Allah Irahmak Ya Hassan Nader

Y’a-t-il une Police de circulation sur la voie piétonne ?

Dans le cadre du projet de mise à niveau qu’a connu la ville d’Ifrane ces dernières années, de grandes parties du Boulevard de la Marche verte et des rue des tilleuls et de la poste entres autres ruelles au centre ville d’Ifrane ont été transformées en un très beau passage piéton assurant une belle promenade notamment nocturne pour les autochtones et les estivant de la cité.

Malheureusement, on observe avec beaucoup de surprises et de consternation que ce passage piéton est souvent envahi par des voitures et des poids lourds même qui circulent et stationnent aussi sur la place de la poste et tout au long des passages piétons malgrés les panneaux de signalisation mis en place et ce, sous les yeux même de la police de circulation.

 loo

Halte à la Mendicité et marchands ambulants :

Connue et reconnue par le passé pour être la ville touristique la plus calme, sereine et sécurisée du pays ; la ville d’Ifrane s’est transformée en une simple ville comme toutes les villes du Royaume ou la mendicité est en progression avec l’apparition de mendiants(tes) qui viennent d’ailleurs salir l’image de marque de la cité sans parler de ces marchands ambulants notamment du pain qui envahisse l’entrée du Marché municipal en l’absence de projets de l’INDH qui préserverai non seulement l’image de marque de la cité et son ordre établi des années d’antan mais aussi et surtout, surtout, la dignité des ces pauvres femmes qui proposent leur marchandise (pain de maison) aux clients à longueur de journée en hiver sous la neige comme en été avec cette canicule  estivale.

Mohammed Drihem

 

Comment here