Régions

Oued Zem : La fermeture de l’unique gare ferroviaire d’Oued Zem, accentue la marginalisation de la ville martyre

La décision de fermeture  par l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) de l’unique et ancienne gare ferroviaire des voyageurs d’Oued -Zem ne fait qu’accentuer l’isolation et la marginalisation dont souffre la ville martyre, selon des acteurs associatifs .
La fermeture envisagée de cette  gare ferroviaire, construite vers 1917 , au temps de la découverte par les colons  des mines de fer et des phosphates, a été accueillie avec amertume et consternation par les habitants de la ville et par des acteurs associatifs, qui  ont lancé un appel au directeur de l’ONCF , au gouvernement et aux responsables régionaux pour le maintien de cette  gare unique  à Oued Zem.
La raison invoquée pour l’arrêt de cette gare ferroviaire est le manque de rentabilité et la  baisse du nombre des voyageurs, selon un responsable de la compagnie chérifienne sur place. Cette décision de fermeture de la gare du rail sera compensée par la mise à la disposition des voyageurs de trois autocars pour leur transport à la gare ferroviaire de Khouribga, distante de quelque 34 Kms d’Oued-Zem.
Des acteurs responsables et élus de la ville,  dépités et mécontents, ont sollicité des responsables de l’ONCF de surseoir à leur décision qui pénalisera  Oued Zem et ses habitants dont des ouvriers et des étudiants qui font la navette entre la ville et Khouribga ou qui prennent le rail pour se rendre à Casablanca , Marrakech, Tanger , Oujda et autres villes à travers le royaume.
La ville martyre qui a payé un lourd tribut au temps de la lutte contre le colonialisme , le 20 août  1955 , pâtit déjà  de la précarité , de l’isolement et du manque d’une zone d’activité économique pour promouvoir les opportunités d’investissements , la création d’emplois et partant l’absorption du chômage qui ronge la jeunesse de la ville.
Au lieu de la cadenasser cette gare ferroviaire , l’ONCF devrait  au contraire accorder  à cette station historique et emblématique, laissée d’ailleurs  à l’abandon , davantage d’intérêt  en procédant à sa rénovation, à son embellissement, à  sa modernisation et à son animation à l’instar des autres stations  du « Maroc utile ».
La compagnie chérifienne devait aussi examiner avec les responsables et élus les possibilités de rendre rentable  cette station ferroviaire en lançant une  vaste campagne de  promotion du voyage par train non seulement à Oued-Zem mais aussi dans les autres villes voisines, telles Boujaad, Kasbt Tadla, Fkih Bensaleh voire Béni Mellal. Ainsi, la gare du rail d’Oued Zem pourrait devenir un lieu de ralliement des voyageurs de toute la région Béni-Mellal –Khenifra désireux de se rendre aux différentes villes  du pays servis par les chemins de fer .
Kaddour Fattoumi

Comment here