Régions

Objet: Premier congrès international sur l’oncologie thoracique les 25 et 26 octobre à Ifrane

Le premier congrès sur  oncologie thoracique aura lieu les 25 et 26 octobre à Ifrane, sous le thème ‘’actualités et perspectives d’avenir dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules’’.

Organisée par l’association ‘’Chifae pour la prévention et la recherche sur le cancer’’, en collaboration avec le service d’oncologie médicale du CHU Hassan II de Fès, cette manifestation accueillera près de 200 professionnels de la santé, dont des oncologues, des chirurgiens, des radiothérapeutes, des pneumologues et d’autres représentants du secteur qui traiteront des nouveautés dans le traitement du cancer du poumon, selon un communiqué.

Ce congrès constitue aussi une opportunité pour les professionnels de l’oncologie thoracique de partager leurs meilleures pratiques et d’établir un véritable référentiel national de prise en charge du cancer du poumon, du diagnostic jusqu’à la thérapie.

L’immunothérapie sera au centre de ce congrès, selon le communiqué qui qui explique qu’il s’agit d’’’une réelle révolution’’ dans le traitement du cancer du poumon, permettant à certains patients atteints de cancers avancés d’atteindre une espérance de vie considérable .il y a quelques années seulement. L’immunothérapie a été , en effet, intégrée dans de nombreux protocoles thérapeutiques présentés dans le guide de l’association marocaine de formation et de recherche en oncologie médicale (AMFROM).

L’immunothérapie, qui a valu aux chercheurs qui l’ont développée le Prix Nobel de médecine 2018, a ‘’bouleversé le traitement du cancer du poumon, offrant des perspectives très prometteuses’’, indique-t-on de même .

Au Maroc, le cancer du poumon est le premier cancer chez l’Homme, avec une fréquence de 20pc – un Homme sur cinq est porteur d’un cancer du poumon-, ce qui représente un ‘’véritable problème de santé publique’’.

D’après l’Association Chifae pour la prévention et la recherche sur le cancer, 6.000 nouveaux cas sont détectés chaque année à l’échelle nationale.

Kaddour Fattoumi 

Comment here