Environnement

Fès-Changement climatique : La région méditerranéenne, la plus touchée par le réchauffement climatique, selon un expert de l’Union pour la Méditerranée (UPM)

     Le bassin  méditerranéen est la région la plus touchée par le changement climatique avec l’augmentation de la température qui a déjà dépassé 1,5 degré et risque de grimper à 2,2 degrés à l’horizon 2040,  selon M. Almotaz Abadi, Directeur général de la division de l’eau de l’environnement de l’Union pour la Méditerranée (UPM).
Intervenant lors du Workshop sur le thème : « Soustenabilité : Vers un nouveau paradigme  dans l’espace méditerranéen»  organisé mardi par l’Université Euro-méditerranéenne de Fès (UEM) en coopération avec l’Institut Européen de la Méditerranée (IEMed) et   le soutien de l’UPM , M. Moataz  a révélé que les recherches menées par un groupe de scientifiques ont montré que les méfaits du réchauffement climatique sur la méditerranée , Mare Nostrum,   sont forts alarmants soulignant que le rapport des scientifiques avise   que sans une stratégie politique globale pour l’atténuation de ce phénomène, 250 Millions d’habitants ressentiront le  « le besoin en eau »  dans 20 ans, en comparaison avec les quelque 180 millions d’habitants actuels de la région.
La région méditerranéenne  recèle seulement 3 Pc de ressources hydrauliques de la planète , a-t-il indiqué, soulignant qu’avec  les impacts du changement environnemental , la disponibilité de l’eau fraiche risquent de décroitre de plus de  15 PC dans les prochaines décennies causant  probablement des contraintes en matières de  production alimentaire , de sécurité , de  croissance économique et  potentiellement des conflits et d’accroissement des flux migratoires.
La prise d’initiatives pour soutenir la sécurité aquatique dans la région de la méditerranée s’avère fort nécessaire pour inverser cette tendance baissière, plaide l’expert , qui rappelle que les ministres de l’Union Pour la Méditerranée (UPM) ont appelé en 1917 à l’élaboration d’un ambitieux agenda sectoriel pour soutenir et aider les pays à identifier leurs besoins en ressources hydriques et mettre en application des politiques intégrées de développement et d’aménagement hydraulique  afin d’atteindre  les Objectifs du Développement Durable (ODD).
« Toutefois, en dépit du progrès dans l’identification des priorités  dans nos pays, l’accomplissement  de ces objectifs ODD  se heurtent aux énormes défis  financiers, avec un important  déficit en matière d’aménagement hydraulique » a-t-il relevé. « Selon la Banque Mondiale, 1 trillion de dollars s’avère nécessaire chaque année pour  concrétiser les Objectifs du Développement Durable (ODD) dont  les besoins du seul secteur  hydraulique nécessite de 15 à 30 PC de ce montant » a-t-il noté.
« C’est pourquoi  les ministres de l’Union pour la Méditerranée (UPM) ont demandé  que l’agenda relatif à l’eau au niveau de l’union doit être accompagné  d’une stratégie financière  pour promouvoir la durabilité du secteur hydraulique de méditerranée » a-t-il rappelé, soulignant que «  nous avons besoin d’avantage d’approche holistique et globale  si nous voulons  confronter les  défis  qui s’imposent à nous  d’une manière solide ».

Kaddour Fattoumi

Comment here