Environnement

GREPOM : Lancement de la Liste rouge des oiseaux au Maroc Pour hiérarchiser les espèces en fonction de leur risque de disparition

      Le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife Maroc), en concertation avec le Département des Eaux et Forêts a organisé récemment; un atelier consacré au lancement de la liste rouge des oiseaux au Maroc.

Selon les organisateurs de cet atelier organisé à l’Institut Scientifique de Rabat – partenaire scientifique du Projet – ; les listes Rouges constituent un des instruments les plus importants de protection de la Nature car elles guident dans la définition des priorités en matière de protection des espèces et servent de base pour la recommandation d’actions de développement durable en faveurs de leurs biotopes. Pour en savoir plus nous avons contacté Pr. Rhimou EL HAMOUMI ; Présidente du « GREPOM », Coordonnatrice du Master Gestion de l’Environnent et Développement Durable  »GEDD » à la Faculté des Sciences Ben M’sik relevant de l’Université Hassan II de Casablanca, qui a bien voulu nous accorder cette interview.

Question : Pourquoi cet atelier  de lancement de la liste rouge des oiseaux et dans quels objectifs ?

Réponse :     Etant le partenaire marocain de Birdlife international et membre de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et pour participer à répondre aux engagements que le Gouvernement marocain a pris dans le cadre de la gestion de l’environnement et la conservation de la Biodiversité, nous avons lancer une consultation pour élaborer la liste rouge des oiseaux au Maroc.

Les principaux objectifs de cette Liste rouge visent à hiérarchiser les espèces en fonction de leur risque de disparition et à offrir un cadre de référence pour surveiller l’évolution de leur situation. Cette liste fournira ainsi ; des informations sur l’aire de répartition, la taille de la population, l’habitat et l’écologie, l’utilisation et les menaces qui pèsent sur les différentes  espèces d’oiseaux autochtones du Maroc. Sur la base de ces informations précises, la liste rouge sera un outil de référence qui fournira des bases cohérentes pour orienter les politiques publiques et identifier les priorités de conservation. Elle mobilisera aussi  l’attention du grand public et des responsables politiques sur l’urgence et l’étendue des problèmes de conservation, et d’inciter tous les acteurs à agir en vue de limiter le risque d’extinction des espèces.

Dans ce sens et afin que cette Liste rouge soit un outil fiable, reconnu et partagé, nous avons veillé à associer à son élaboration l’ensemble des partenaires et experts compétents, en adoptant une approche partenariale et une démarche d’évaluation collégiale.

Cet atelier donc ; était l’occasion pour se mettre d’accord sur le choix des espèces à évaluer et de présenter le processus de l’évaluation de la liste rouge et le rôle de l’évaluateur tout en se basant sur les catégories d’espèces de la liste Rouge de l’UICN. L’atelier était aussi une occasion pour le renforcement de capacité des jeunes chercheurs qui ont montré un grand intérêt pour participer à ce travail.

Question : Quel bilan faites vous au sein du GREPOM de la situation des oiseaux au Maroc ?

Réponse : A la fin de cette consultation nous pourrions dresser un bilan objectif de la situation des oiseaux au Maroc basée sur des données scientifiques fiables. Toutefois on peut dire que la conjugaison des multiples menaces entraîne un déclin marqué de nombreuses populations d’oiseaux à l’échelle nationale. Cependant, en dépit de cette situation préoccupante, différents exemples montrent que les efforts de conservation peuvent porter leurs fruits. L’exemple phare c’est le programme de conservation pour l’ibis chauve (Geronticus eremita), l’une des espèces d’oiseaux les plus menacées au monde, qui a vu la taille de sa population augmenté grâce aux efforts entrepris pour assurer le succès de sa reproduction

Question : Qu’elle stratégie pour la nouvelle présidence féminine de GREPOM pour préserver cette richesse ornithologique nationale ?

Réponse : Il n’y pas de présidence féminine mais il y a une présidente du GREPOM et je réfute toute vision sexiste de la question. Pour répondre à notre mission, définie autour de la conservation des oiseaux sauvages et de leurs habitats au Maroc et fondée sur des concepts de l’utilisation durable des ressources naturelles, GREPOM s’engage à maintenir et améliorer l’état de conservation de toutes les espèces d’oiseaux et à Conserver les sites et les habitats importants pour les oiseaux et les autres espèces de la biodiversité  tout  en soutenant les services rendus par les écosystèmes et qui soutiennent les moyens d’existence des populations humaines et qui enrichissent la qualité de vie des gens.

Votre dernier mot pour l afin, un appel peut être  ?

Réponse : Le Maroc par sa situation géographique et la diversité de ses milieux, constitue une étape incontournable pour plusieurs millions d’oiseaux et plus nous serons nombreux, plus nous récolterons de données précieuses en faveur de l’avifaune. C’est pourquoi je lance un appel à  toutes les bonnes volontés et à toute personne sensible à la protection de la nature et la préservation de la biodiversité et notamment les oiseaux de venir nous contacter. Nous sommes représentés actuellement dans toutes les régions marocaines.

Interview  réalisée  par

                                                                            Mohammed Drihem

 

A Propos de GREPOM :

GREPOM est le Groupe de REcherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc, GREPOM/BirdLife Maroc est une organisation non gouvernementale à but non lucratif créé en 1993, selon la loi marocaine à l’initiative d’un groupe de chercheurs et d’amateurs d’oiseaux sauvages.

Selon ses initiateurs ; Le GREPOM, de par la portée nationale de ses objectifs et la diversité des compétences qu’il regroupe (enseignants, chercheurs, étudiants, gestion des espaces naturels, amateurs …), offre un cadre d’action et de partage entre les concernés par la préservation de la Nature au Maroc ; lesquels constituent aussi les principaux bénéficiaires de ce partage. Il est composé essentiellement de membres actifs, prêts à contribuer bénévolement à ses objectifs, notamment par leur expérience et leur temps.

Comment here