Environnement

Les Zones Humides au Maroc Arrêtez la destruction de la daya de Takaddoum à Rabat

Photo: H.Hassouni

Le Groupe de recherche pour la protection des oiseaux au Maroc (GREPOM) veillant sur la protection de la nature et des oiseaux,  organise  le jeudi 09 janvier 2020 un sit-in à « Daya Takaddoum », appuyé par d’autres associations  afin d’attirer l’attention sur le drame que vit ce site à l’approche de la journée mondiale des zones humides célébrée chaque année le 2 février une zone humide « Daya Takaddoum » et ses conséquences écologiques désastreuses.

photo P.Fernandes

     En effet ; la daya est en train de disparaitre à cause du projet de construction du marché de gros dont le chantier a débuté il y a quelques semaines et qui a déjà affecté l’écosystème naturel du site considéré parmi les plus précieux dans la région.

A ce sujet ; GREPOM sollicite une intervention urgente des responsables et décideurs pour arrêter ce massacre contre notre patrimoine naturel, et le préserver afin que les générations actuelles et futures puissent en bénéficier dans le cadre d’un développement durable comme le stipule l’article 31 de notre constitution.

photo P.Fernandes

photo P.Fernandes

     Selon les protestataires dont GREPOM, ce marais permanent extrêmement riche en biodiversité dispose d’une importante formation végétale à base de Typha ; cet habitat très rare dans la région attire plusieurs espèces d’oiseaux rares et menacées avec environ 100 espèces qui utilisent ce site comme lieu de nidification ou halte migratoire. La daya du quartier industriel présente aussi d’innombrables valeurs éducatives et pédagogiques pour la population de la région Rabat, Salé et Kénitra. Dans ce contexte, plusieurs institutions et écoles ont déjà intégrée la daya dans leur programmes de sorties et de travaux pratiques.

Rappelons que les zones humides sont des milieux riches mais fragiles et dont le rythme de disparition est extrêmement rapide. Pourtant leur rôle pour atténuer les changements climatiques, freiner les crues et les inondations a des effets économiques extrêmement positifs. Dans le cadre des efforts de préservation de ses écosystèmes naturels, le Maroc a adhéré à de nombreuses conventions et a signé plusieurs protocoles et accords internationaux et s’est doté en 2015 d’une stratégie des zones humides.

Mohammed Drihem

Comment here