Culture

Fès-culture: Le Prix Abdessalam Bouhjar attribué à trois poètes dont un algérien et un égyptien

Le sixième Forum Arabe du Cercle de la Pensée Marocaine, tenu du 11 au 13 octobre courant à Fès,  a attribué  le « Prix  Abdessalm Bouhjar  » à trois poètes arabes sélectionnés par le grand jury.
Le premier prix est revenu  au poète algérien  Riad El Hajli pour son recueil « Fi Hadrati Al Nounain » (En présence des deux N) , le deuxième prix  a été décerné  au  poète marocain  Salah Labrini  pour son recueil « Al Zinji »  ( Le nègre ) et le troisième prix a été remporté par le poète  égyptien  Mohammed Khayri Al Imam pour son recueil « Akhir Waraqat At-Thouth » (Les ultimes feuilles du mûrier).Ces trois recueils primés ont été  choisis parmi  49 ouvrages concurrents du Maroc et d’autres pays arabes.
Le jury   composé des poètes marocains  Abdesslam Moussaoui, Zoubir El Khayat et Yahia Amara  a loué le poète de Nador   Soufiane Achessas pour son recueil  « Chahqat Al Qalb » (Soupir du cœur)
Des témoignages posthumes ont été faits , à cette occasion, pour commémorer la mémoire du défunt poète Abdessalam Bouhjar , décédé le 1 er janvier 2019 et enseveli à Oujda . Natif de Béni Boufrah , région d’Al Hoceima, feu Abdessalam Bouhjar était membre de l’Union des Ecrivains du Maroc (UEM), enseignant et poète.
Il s’est distingué, de son vivant, par sa poésie  qui traite des justes causes humaines et nationales  et des questions de la vie  quotidienne  dont la passion et l’amour en s’inspirant des grands poètes tels Nizar Kabbani, Mahmoud Darwich,  El Biyati et Dankel . Il a légué une série de recueils dont « Les glas de l’espoir », «  Lune de l’Atlas » , « Rythme arabe en dehors de la mort »  et « les  seize rendez-vous » ainsi qu’une une pièce de théâtre en poèmes « Le Rocher noir ».
Ce sixième forum annuel de la culture arabe a été  marqué par plusieurs débats axés  sur  “ La femme et le leadership », « Un écrivain, un livre », «La lecture dans les espaces éducatifs: projets et mécanismes d’animation » .
Le  président du Cercle de la pensée marocaine, Jamal Boutaieb a assuré que malgré le manque des moyens , le forum arabe a réussi à créer le Prix Abdesslam Bouhjar  de poésie  et à publier un ouvrage  sur l’expérience du poète disparu intitulé « Passionné , qui part sur le dos d’un cheval »  soulignant que les recettes de la vente de ce livre seront versées au profit de  la famille du défunt.
Le sixième forum arabe  a été marqué par la déclamation de poèmes avec la participation  d’Amina El Marini, directrice de la session du forum, de Fatima Mimouni, Zoubir Khaya, Yahia Amara, Abdessalam Moussaoui, Abdellah Moutaki, Noureddine Haimar Soufiani et  Ismail Allali .Une  série d’ouvrages récemment publiés et traitant de divers domaines culturels et artistiques ont été  débattus et dédicacés en présence des auteurs et des critiques  littéraires. Il s’agit , entre autres; des  ouvrages « le patrimoine hébraïque, les dimensions religieuses et sociales “ d’Asma Ouardi,” Le site et la production du sens »  de Hassan Lechguer,  “Fès, destination du tourisme culturel”  d’Ahmed Benjelloun, « Le texte et l’enchevêtrement »  de Mohammed Ouahabi, « Le temps de l’absence »  d’Asma El Hammoumi , « L’ignorance complexe »  d’Ayad  Bilal, “la traduction du roman court marocain” d’Abdelilah Khaldi, “les odalisques du Maroc et d’Andalousie”  d’Ibtissam Zahir et “Marges oubliées ”  de Mohammed Kerriche.
Un débat sur “ La lecture dans les espaces éducatifs, projets et mécanismes d’animation”  a été  animé avec la participation de l’association “Réseau National pour la Lecture et la Culture” .Ce forum arabe a connu aussi l’exposition et  la présentation des nouveaux ouvrages publiés par le Cercle de la Pensée Marocaine avec la participation de la critique littéraire , Fatima Zahra Zoulati et l’écrivaine Ilham Slamti , auteure du recueil de contes « Une rose… du palais Alhambra ».
Un débat ouvert avec l’artiste Abdellah Derkaoui sur “ l’art de la caricature sur  les réseaux sociaux” a clos, en apothéose,  ce forum de la culture arabe, très suivi par les écrivains et les étudiants universitaires et férus des arts et de  culture en général.
Kaddour Fattoumi

Comment here