Environnement

LE SINGE MAGOT AU COEUR DES DEBATS DE L’ATELIER DE SENSIBILISATION SUR LA LOI 29-05 DANS LA CAPITALE ISMAILIENNE MEKNES

Le singe magot (Macaca Sylvanus) est le seul primate du genre macaque que l’on trouve en Afrique du Nord. C’est une espèce endémique du Maroc et de l’Algérie, avec également une population introduite au niveau de Gibraltar.

La population mondiale de cette espèce est estimée entre 6500 et 10000 individus, avec environ 80% de cette population sauvage vivant au Maroc, dont l’aire de répartition s’étend au Rif, au Moyen Atlas et au Haut Atlas. Plus de 50% de cette population se trouve au Moyen Atlas, particulièrement au niveau du Parc National d’Ifrane.

Les principales menaces qui pèsent sur cette espèce sont la perte et la fragmentation de son habitat en raison des changements climatiques et de la pression anthropique importante. Le braconnage représente aussi une menace sur les populations de cette espèce, en particulier le trafic des jeunes singes qui sont utilisés comme animaux de compagnie et dont la demande la plus forte vient de l’Europe.

Le Maroc a renforcer son cadre juridique national par l’adoption de la loi 29-05 relative à la protection des espèces de flores et de faunes sauvages et au contrôle de leur commerce, qui interdit le prélèvement, le commerce et la détention des singes magots entre autres animaux.

En 2008, le singe magot a été classé comme une espèce « en danger » dans la liste rouge des espèces menacées de l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) et en 2017, il est transféré de l’annexe 2 à l’annexe 1 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

En vue d’une meilleurs vulgarisation et sensibilisation sur l’intérêt de cette Loi 29-05 relative à la protection des espèces de flores et de faunes sauvages et au contrôle de leur commerce et de la CITES ;  une série d’ateliers et de visites de sensibilisation est organisée du 28 décembre 2019 au 09 janvier 2020 à travers les différentes régions du  Royaume dont l’atelier organisé à Meknès le Mardi 31 décembre 2019.

Initié par le Département des eaux et forets en partenariat avec l’association « Barbary Macaque Conservation Rif » au profit des ONGs et des animaleries actives en la matière ; cet atelier visent à sensibiliser les ONGs Meknassi locales sur la conservation, la protection de la faune sauvage et la lutte contre son commerce illégal et à informer et sensibiliser les propriétaires d’animalerie à l’application de la loi 29-05 ; une occasion d’échange et de partage de points de vue.

Une sortie de terrain a été organisée sur le site touristique de Moudmane ; pas trop loin de la Maison de la Cédraie au cœur du Parc National d’Ifrane ; ou  une compagne de sensibilisation des touristes a été organisée par la DREF du Moyen Atlas et l’Association « Barbary Macaque Conservation Rif ».

On estime que le commerce international des espèces sauvages représente des milliards de dollars par an et qu’il porte sur des centaines de millions de spécimens de plantes et d’animaux. Ce commerce est varié, allant des plantes et d’animaux vivants à une large gamme de produits dérivés tels les produits alimentaires, articles en cuir exotique, instruments de musique en bois, souvenirs pour touristes, remèdes, et bien d’autres encore. L’exploitation et le commerce intensifs de certaines espèces, auxquels s’ajoutent d’autres facteurs tels que la disparition des habitats, peuvent épuiser les populations et même conduire certaines espèces au bord de l’extinction. De nombreuses espèces sauvages faisant l’objet d’un commerce ne sont pas en danger d’extinction mais l’existence d’un accord garantissant un commerce durable est importante pour préserver ces ressources pour l’avenir.

Comme le commerce des plantes et des animaux sauvages dépasse le cadre national, sa réglementation nécessite la coopération internationale pour préserver certaines espèces de la surexploitation. La CITES a été conçue dans cet esprit de coopération. Aujourd’hui, elle confère une protection (à des degrés divers) à plus de 37.000 espèces sauvages – qu’elles apparaissent dans le commerce sous forme de plantes ou d’animaux vivants, de manteaux de fourrures ou d’herbes séchées –

En application de cette convention de la CITES, le Maroc à travers le département des eaux et forets, s’est engagé, dans le cadre de la mise en application de la loi 29-05, à assurer une meilleure application de la convention CITES, par le biais du renforcement des capacités des partenaires, l’éradication du marché des espèces sauvages et des produits dérivés, la réglementation de la détention de la faune sauvage notamment pour les activités liées à la conservation du patrimoine culturel marocain et la mise en place d’un programme de sensibilisation sur la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.

REPERES

 Le Singe Magot : Une espèce menacée

Le macaque de Barbarie (Macaca sylvanus), également appelé : Magot ou macaque berbère, est le seul macaque  vivant sur le continent Africain, à l’état sauvage dans les forêts du Maroc  et de l’Algérie, ainsi que sur le rocher de Gibraltar, où il a été introduit il y a plusieurs siècles.

Il présente des adaptations morphologiques  au froid montagnard ou il vit, tempéré l’été et rigoureux l’hiver, rares chez les primates et témoignent de la grande faculté d’adaptation des macaques puisqu’on en connaît un autre exemple fameux qu’est le macaque japonais capable de survivre dans une épaisse neige.

Parc National d’Ifrane

Créé en 2004 ; le parc national d’Ifrane s’étend sur une superficie de 125000 hectares au Moyen Atlas central ou Il se distingue par ses paysages exceptionnels et constitue un véritable château d’eau par la présence des lacs naturels, des sources et des rivières. Sa flore est marquée par la présence du cèdre de l’Atlas, espèce emblématique de cette aire protégée.

Il recèle une grande richesse animale dont trente sept espèces de mammifères comprenant d’importantes populations de singes magots, Cent quarante espèces d’oiseaux rares et une trentaine d’espèces d’amphibiens et de reptiles.

Le Singe Magot est « né pour être sauvage »

« Né pour être sauvage » : Un programme initié et financé par Animal Advocacy And Protection (AAP) et exécuté par IFAW en partenariat avec le département des eaux et forets pour protéger le singe magot au Maroc.

Le Fond International pour la protection des animaux IFAW est une organisation mondiale qui protège les animaux et leurs habitats. Avec des bureaux dans 15 pays  et des projets dans plus de 40 autres pays ; IFAW réhabilite et relâche des animaux dans des environnements sûrs à travers le monde. Elle propose des solutions durables assurant le bien-être animal et la conservation de la faune.

Mohammed Drihem

Comment here