Régions

FES-Culture : « La Zaouïa Al Ouazzania de Fès, ses caractéristiques et ses figures emblématiques », thème d’une neuvième causerie du patrimoine

« La Zaouïa Al Ouazzania de Fès, ses caractéristiques et ses figures emblématiques » a été le  thème d’une neuvième causerie du patrimoine animée vendredi a Riad Kadmiri, en ancienne médina de Fès, par le Pr  Moulay Abdellah Chrif El Ouazzani  dans le cadre des « causeries du patrimoine » organisées par la Fondation Maroc du Patrimoine.
Le conférencier My Abdellah Chrif El Ouazzani, natif de Fès dans une famille conservatrice,  est le descendant du fondateur de la Zaouïar Al Ouazzania , Moulay Abdellah Chrif,  l’érudit , l’Ouali  Assalih, natif il ya plusieurs siècles d’Ouezzane .
L’intervenant , chercheur et spécialiste  en études islamiques,  a suivi ses classes  primaires et secondaires à Fès  et ses études supérieures en France, en Suisse  et au Canada , ce qui lui a permis d’acquérir une solide formation  scientifique et culturelle  avant de revenir au Maroc pour suivre un cursus théologique à l’Université Hassan II  à Casablanca et obtenir un doctorat  en études  islamiques  à l’Université Mohammed V .
Il s’est consacré ensuite  à l’enseignement et à l’éducation  aux universités Chouaib Doukkali,à l’Institut Mohammed VI pour la formation des Imams Africains  et prédicateurs et l’animation de causeries religieuses dans des chaines de radios et de Télévisions .
Le conférencier a traité  de la Tariqa Al Ouazzania ou Zaouia Al Ouzzania , qui est  une confrérie soufie du Maroc fondée par l’érudit Moulay Abdellah Chrif El Ouazzani,  (mort en 1089 de l’ Hégire) à Ouazzane. Selon lui, la ville d’Ouazzane, qui a donné son nom à la confrérie religieuse , est une cité  historique  considérée comme une ville sainte qu’on appelle communément aussi «Dar Dmana » (le foyer de la garantie, de l’Amane) , qui constitue un asile de paix , de sécurité et de protection pour tous ceux qui suppliaient refuge et sécurité aux Chorfas d’Ouazzane.
La Zaouia Al Ouazzania a contribué, grâce à ses chioukhs , Chorfas et adeptes , à enrichir divers domaines de la culture, de la connaissance et du savoir dont le soufisme, la spiritualité  et  l’astronomie ou la philosophie, a-t-il assuré, ajoutant que de nombreux pèlerins viennent visiter chaque année ce haut lieu de la civilisation arabo-musulmane et rendre visite au mausolée de son aïeul Sidi Moulay Abdellah Chrif El Ouazzani, descendant de Moulay Idriss II  , situé  à Azjen, dans la région d’Ouazzane
De nombreuses confréries de la Zaouia Al Ouazzania  ont été créées dans plusieurs villes du Maroc notamment à Fès  en raison de la  notoriété scientifique, politique, économique et religieuse de la cité Idrisside , avec sa prestigieuse Université Al Qaraouiyine , “la mémoire de l’Islam au Maroc”  et première université du monde, qui a contribué à l’épanouissement de la civilisation arabo-musulmane, a-t-il rappelé.
En effet, de nombreux  chorfas, de  simples résidents de la ville d’Ouazzane, se sont installés à Fès avec l’intention de commercer, ou d’assurer des fonctions religieuses, des tâches scientifiques ou politiques.
De leur part,  les Fassis ont voué  une vénération soutenue aux Chorfas d’ Ouazzane, la ville sainte, ce qui fait que de nombreuses  familles Fassies se sont installées à Ouazzane, telles les  Benjelloun, Bennani, BenKirane, Al-Mashat et Al-Tawdy. Selon le conférencier , le plus grand nombre de rassemblements des Ouazzanis avec des sanctuaires se trouvent un  peu partout au Maroc , notamment à  Fès ( avec une dizaine de mausolées et sanctuaires) , Tanger, Rabat, Salé , Safi, Marrakech , faisant état aussi de  la création de Zaouïas Ouazzanias dans  d’autres pays africains et asiatiques , tels le Soudan, la Somalie, la Malaisie où  ces Zaouïas ont été labellisées « d’ Idrissides ».
Outre le rayonnement spirituel et culturel des Zaouias Al Ouazzania , des descendants du Cheikh fondateur de la confrérie, ont accompli des rôles politiques prépondérants dont principalement le grand nationaliste  Mohamed Ben El Hassan El Ouazzani,  qui a fondé et animé aux cotés du patriarche Allal El Fassi et d’autres patriotes, , le mouvement nationaliste qui a milité pour le recouvrement de l’indépendance et de la liberté du pays du joug du colonialisme.
Au terme d’un débat, le conférencier, My Abdellah Chrif El Ouazzani a dédicacé son ouvrage sur « la Zaouia Al Ouazzania et , ses caractéristiques et ses figures emblématiques ».
Des armoiries de la Fondation Maroc du Patrimoine pour la Recherche, l’Etude et la Sauvegarde  du Patrimoine Matériel et Immatériel national ont été remises par le président de la fondation , Mohammed Azzelarab El Amrani à l’éminent conférencier en signe de considération à ses nombreuses études et recherches islamiques.
Kaddour Fattoumi

Comment here