Régions

CORONAVIRUS : UN DIMANCHE DE PRINTEMPS PAS COMME TOUS LES AUTRES DANS LA VILLE D’IFRANE

 

Le Jour J+1 de l’état d’urgence sanitaire décrété par le conseil du Gouvernement marocain pour la période allant du 20 Mars à 18h00 au 20 Avril 2020 prochain à 18h00 coïncide à Ifrane avec un Dimanche pas comme tous les autres à en juger de par ses rues, ses ruelles et ses grands boulevards désertés par les populations autochtones restées confinées chez elles en toute conscience et responsabilité.

Plus de foules en excursions comme d’habitude  et des touristes étrangers pour une halte de passage comme à l’accoutumé surtout en ce début de saison de printemps ou il fait beau de vivre dans la cité. Seules les forces de l’ordre composées d’agents de la Sûreté nationale, des forces auxiliaires et des agents de l’autorité locale et provinciale sillonnent les différents quartiers de la ville pour faire respecter l’état d’urgence sanitaire très bien observé par nos concitoyens qui se sont montrés conscients du danger qui les guette dans cette localité au cœur du Moyen Atlas Marocain et de la nécessité de leur confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus (COVID-19).

Tout en saluant aussi bien la mobilisation des services de l’ordre ; tout corps confondu ; pour la préservation de l’ordre et de la Sécurité sanitaire des citoyens que ces derniers pour leur prise de conscience et de mobilisation pour gagner la guerre contre cette pandémie ; nous rappelons que ce  projet de décret, qui entre dans le cadre des mesures préventives d’urgence prises par les autorités publiques afin d’enrayer la propagation de la pandémie du coronavirus ;  habilite les autorités publiques compétentes à prendre les mesures nécessaires pour interdire aux personnes de quitter leurs domiciles, interdire tout déplacement en dehors du lieu de résidence sauf en cas de nécessité absolue, interdire tout rassemblement, attroupement ou réunion d’un groupe de personnes et à fermer les commerces et autres établissements accueillant le public durant de la période de “l’Etat d’urgence sanitaire” déclaré.

                                                                            Mohammed Drihem

Comment here