Média-Tech

Maroc [Covid-19] : l’application « tracking » pour lutter contre la du virus

[Covid-19] : l’application « tracking » pour lutter contre la du virus

     Le gouvernement marocain a décidé recourir à la technologie numérique pour le suivi des déplacements et des contacts pour lutter contre la propagation du virus. Selon le Desk, le Maroc a décidé appliquer cette technologie à l’instar de la Corée du Sud et de Singapour. L’application sert à utiliser les données à partir d’un smartphone pour suivre les différentes interactions des personnes affectées par le virus.

Dans ce cadre et en partenariat avec le ministère de la santé et du commerce et d’industrie, le ministère a lancé un appel à manifestation le 10 avril 2020 par le biais de l’Agence de Développement de Digital (ADD), rapporte le Desk. L’opération a pour objet le développement d’une application de suivie des contaminations au Covid-19. Ce système est présenté le 14 avril par les sociétés ayant répondu à l’appel d’offre. Elle  sera livrée au ministère de l’intérieur le 24 avril pour le déploiement de la première version le 31 avril 2020.

Selon une note de présentation du projet, chaque utilisateur sera localisé  soit par GPS, soit par Bluetooth, soit par les deux pour le traçage des cas de Covid-19. A travers cette application,  le gouvernement prépare le dé-confinement et d’éviter les nouveaux foyers du virus. Ainsi les personnes ayant été en contact avec une personne contaminée sera avisée par une notification sur l’application ou par SMS afin de s’isoler pour un prochain test.

    L’avis de CNDP

     Dans un communiqué publié le 20 avril, la CNDP (la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel) a fait savoir qu’elle a appris connaissance, par la presse, la volonté du gouvernement de mettre en place une application de « contact tracing ».

« Cette annonce a immédiatement généré, une interrogation, et voire, une inquiétude citoyenne autour des risques de déploiement d’un Etat de surveillance dans le cas où les usages permis par cette application n’étaient pas respectueux des droits humains et encadrés juridiquement ». Or « La loi 09-08, en alignement avec l’article 24 de la Constitution du Royaume, confère à la CNDP la mission publique de contrôle de la protection des données à caractère personnel et de la vie privée, en particulier au sein de l’écosystème numérique », ajoute le communiqué.

Selon la CNDP, afin de maitriser la propagation de cette pandémie « Il est louable que le gouvernement anticipe, et la CNDP salue le courage politique et opérationnel avec lequel le ministère de la santé et le ministère de l’intérieur adoptent cette démarche proactive ».

Toutefois la CNDP insiste sur la nécessité de conforter la confiance, en particulier la confiance numérique,  qu’ «  Il est recommandé que l’usage de ce type d’application soit déployé sur la base d’une confiance volontariste et non sur la base d’une obligation difficile à mettre en œuvre ». Il s’agit donc de « Veiller à ne pas réutiliser les données à caractère personnel autrement que pour la finalité affichée » et  « à détruire les données collectées et générées à la sortie de l’état d’urgence sanitaire, sauf celles  pouvant alimenter, de façon anonymisée et réglementaire, la recherche scientifique ».

Cependant, collecter les données personnelles par les téléphones portables a provoqué des controverses à travers le monde surtout sur la question d’atteinte de la liberté des citoyens. Une question fondamentale s’impose : Pour freiner cette pandémie on ne cherche pas à surveiller les citoyens ?

 

Halimi Abdallah

halimipress@gmail.com

Comment here