Média-Tech

l’anti- Covid-19 : quelles seraient les modalités de sa distribution ?

Parler de l’égalité de la distribution ainsi que la disponibilité d’un anticovd-19 peut être le thème sur lequel il va falloir se pencher avant la découverte de cette formule magique qui donnerait lieu à sa fabrication par une société pharmaceutique.

Certes, c’est le souci mondial et depuis la parution de ce nouveau virus, dont aussi les symptômes et les spécificités sont révélés jour après jour, plusieurs chercheurs dans différents pays se sont lancés dans une analyse détaillée de l’évolution de ce virus et ce dans le but d’arriver à un vaccin qui lui mettrait fin. Cette course contre la montre a donné lieu à des déclarations de certains sur le timing de cette nouvelle découverte que l’humanité attend avec impatience. A cet égard, l’OMS et l’ONU insistent sur la nécessité d’un vaccin et qu’il va falloir, s’il existe distribuer équitablement entre les pays.

Or, le problème ne réside pas dans cette répartition équitable comme l’ont suggéré et défendu ces deux organisations, mais dans la disponibilité au sein de chaque pays étant donné la gravité du Covid-19 en particulier au niveau de l’immunisation. Pire encore, les derniers diagnostics nous font état de porteurs sains de virus et autres moyens de transmission qu’on ne peut combattre que si on est vacciné contre le virus comme le cas du paludisme, de la fièvre jaune ou de l’Ebola.

Ces vaccins sont offerts par l’Institut Pasteur et nécessite un déplacement pour les avoir. Donc leur disposition dans les pharmacies est quasiment impossible. C’est ce qu’on craindrait à priori avec un vaccin contre le Covid-19 qui n’épargne pas et contre lequel, des mesures doivent être prises pour ne pas revivre le même scénario si on a une chance de contrecarrer la crise et reprendre une vie normale. La vaccination devrait concerner toute la population d’un pays et c’est là où la question se pose également : l’anti-covid-19, serait-il gratuit ou payant ? Dans le cas ou il serait payant, quel serait son prix ? Serait-il disponible dans les pharmacies et les hôpitaux ? Quelle serait la tranche de la population à vacciner ? Et à quel âge, doit-on administrer ce vaccin ?

Les réponses à ces questions ne seront données qu’une fois le vaccin est prouvé efficace contre le Covid-19 via des tests sur les patients et plus loin sur d’autres personnes non contaminées. A cet égard, des initiatives ont été entreprises par un laboratoire allemand étant donné le fait que L’Allemagne fait partie des pays les plus avancés en la matière puisque le principe actif BNT162b1 va pouvoir être testé sur des humains.

Ce produit a été élaboré par l’entreprise Biontech, de la ville de Mayence, en coopération avec l’américain Pfizer. Il sera testé au sein de l’Institut Paul Ehrlich (PEI) et l’essai s’effectuera sur 200 volontaires en bonne santé, âgés de 18 à 55 ans, vont participer à l’expérience dans ses phases I et II. Ces étapes visent à s’assurer de la sécurité du produit pour l’organisme et du fait qu’il ne provoque pas d’intolérances majeures.

Les premières semaines serviront aussi à fixer le dosage requis pour un vaccin efficace.

Cette étude allemande est la cinquième seulement à avoir été lancée dans le monde pour tester de méthodes de prévention – en l’occurrence la vaccination – contre le Covid-19.

Jens Spahn, le ministre de la Santé, salue un “pas qualitatif” et un “bon signe” qui montre l’efficacité de la recherche en Allemagne en matière de développement de vaccins. Mais dans le même temps, il met en garde contre de trop grands espoirs de voir arriver un remède rapidement.

L’entreprise Biontech prévient que les premiers résultats ne seront disponibles que dans “trois à cinq mois”.

Or c’est seulement d’après ces résultats issus des premières phases de l’expérience que les autorités sanitaires décideront ou non de valider la mise sur le marché des produits testés, en fonction du rapport entre prise de risques et effets bénéfiques.
D’où la nécessité, d’ici là, de continuer à respecter les mesures de prudence pour endiguer la contagion.

Depuis le début de la pandémie, la fédération des fabricants de médicaments allemands indique avoir eu vent d’environ 80 projets de recherche en vue de trouver un vaccin. Le directeur de l’Institut Paul Ehrlich estime qu’environ quatre études cliniques devraient être autorisées en tout cette année dans le pays.

Il va falloir attendre toute cette période pour qu’un vaccin contre le Covid-19 soit disponible dans les pharmacies en Allemagne tout d’abord avant de s’acheminer vers d’autres parties du globe. C’est un autre challenge qui attend donc les décideurs politiques de partout dans le monde face à cette pandémie exceptionnelle. Des mesures auxquelles il faut réfléchir profondément puisque c’est la vie de tout citoyen qui est en jeu et qu’il faut sauver et préserver. Un droit au vaccin risquerait de faire partie des lois adoptées par les gouvernements pour éviter toute spéculation et toute forme de mauvais usage du nouveau médicament.

ML

Comment here