Environnement

COVID-19 : BRACONNIERS ET MAFIA DU CEDRE PROFITENT DU COUVRE-FEU ET DU CONFINEMENT DES FORESTIERS POUR NUIRE AU PATRIMOINE NATUREL NATIONAL

Comme nous l’annoncions auparavant sur ces même colonnes, Malgré ses conséquences sanitaires dramatiques, le nouveau coronavirus, avec ses conditions de confinement drastiques imposées à l’Homme, a permis aux écosystèmes de réinvestir des espaces habituellement surexploités par l’homme.

En l’absence de ce dernier dans ces lieux, les animaux sauvages et les plantes profitent du calme retrouvé, tandis que les humains prennent plus le temps pour observer la nature où il redécouvert avec bonheur le gazouillis des oiseaux et le ruissellement des cours d’eau. Aussi, les orchidées sauvages, pivoines et morilles qui poussent en cette période, et qui sont parfois cueillies par des promeneurs, pourraient y échapper cette année grâce à la quarantaine.

Malheureusement ; en ces temps de confinement de nous autres les humains où les espèces animales profitent de l’espace laissé vacant et qui présente une vraie bouffée d’oxygène pour une biodiversité mise à mal ces dernières décennies ;  les braconniers semblent profiter de la situation pour s’adonner à des activités délictuelles en milieu forestier sans respect pour la nature, pour l’état d’urgence sanitaire décrété par les pouvoirs publics et pour le couvre-feu imposé par le ministère de l’intérieur.

On peut citer par exemple et entre autres les délits enregistrés par les forestiers au niveau de différentes région du Royaume comme c’était le cas avec les mafias du bois qui n’ont pas chômé puisque ; le 25 mars dernier, les forestiers de la région de Chichaoua ont pu saisir un véhicule chargé de bois coupé illégalement , le lendemain au soir, leurs collègues ont livré une vraie bataille contre des braconniers qui tentaient de déplacer des madriers de cèdre coupé illégalement dans la région de Tounfite, le 4 avril au niveau de la zone de Békria-Senoual  dans la Province d’Ifrane, un autre transporteur de madriers en bois de cèdre illégalement coupé a été neutralisé et son véhicule saisi, le 08 avril niveau de la zone de Midelt, les forestiers ont avorté deux tentatives de transporter une vingtaine de madriers de bois de cèdre, le 15 avril les agents des Eaux et Forêts de la région de Timahdite ont saisi, pour leur part, 7 madriers de cèdre après une « résistance acharnée » des braconniers.

De même, depuis le début du confinement, un nombre important d’actes de braconnage ont été enregistrés dans differents régions du Royaume comme c’était le cas  le 26 mars dans la région de Tiflet ou les éléments des Eaux et Forêts ont procédé à l’arrestation de deux individus qui braconnaient en utilisant des sloughis, le 29 mars dans la région de Moulay Akoub où les agents forestiers ont appréhendé deux braconniers armés, le 3 avril dans la forêt de Dar Ben Hssine située dans la région de Tiflet, deux autres braconniers armés ont également été appréhendés, alors qu’il venait de tuer un sanglier, le 09 avril dans la région de Taroudant, un braconnier a été verbalisé suite à la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo qui le montrait en train de chasser des lièvres permettant ainsi aux autorités forestières de l’identifier, le lendemain, deux autres braconniers au sloughi ont à leurs tours été appréhendés dans la région de Sidi Kacem et le  même jour, dans les environs du barrage d’Ahmed El Hansali, les forestiers de la région ont saisi une dizaine de filets et des équipements de pêche installés par des braconniers, le 12 avril aussi ; des patrouilles d’Asgarou et de Tahanaout ont appréhendé des personnes qui chassaient la nuit et ont saisi un véhicule 4×4, un fusil et du gibier, le 13 avril, l’unité de surveillance de la faune à Beni Mellal a procédé à l’arrestation de plusieurs braconniers qui chassaient également au sloughi et enfin ; durant la nuit du 27 au 28 Avril les forestiers de la Direction Provinciale des Eaux et Forêts de la Province de Boulmane ont pu saisir un véhicule 4X4 équipé de projecteurs et de filets pour la chasse des gazelles ; abandonné après une course-poursuite ; par des braconniers de Gazelles dans la région au niveau du Douar Al Borj  dans la commune d’Anjil.

Vu la situation, on se demande si c’est protecteurs du patrimoine naturel que sont les forestiers peuvent exercer leur noble fonction de forestier en ces temps de confinement et de couvre-feu surtout qui les exclut des personnes autorisées à circuler la nuit entre 19h00 et 05h00 bien qu’ils sont considérés des paramilitaires.

En effet, le communiqué du ministère de l’intérieur leur interdisant formellement et à l’instar des citoyennes et citoyens de se déplacer en dehors de leurs domiciles ou de se trouver sur la voie publique pendant la tranche horaire de 19h00 à 05h00 à compter du 1èr Ramadan que ce soit à pied ou à bord de différents véhicules de transport, à l’exception des personnes travaillant ou exerçant dans les secteurs et activités vitaux et essentiels et qui exclue les foretiers et qui ont été surpris par cette décision, qui les empêche d’exercer leurs fonctions pendant certaines périodes de la journée. L’association des Lauréats de l’Ecole Forestière (ALEF) ; l’Association des techniciens forestiers  ont également contesté dans un communiqué, cette mesure du couvre-feu prise par le ministère de l’intérieur qui souligne qu’il est formellement interdit aux citoyens de se déplacer en dehors de leurs domiciles ou de se trouver sur la voie publique pendant cette plage d’horaire que ce soit à pied ou à bord de différents véhicules de transport, à l’exception des personnes travaillant ou exerçant dans les secteurs et activités vitaux et essentiels ; exception qui écarte les forestiers des fonctionnaires autorisés a exercer leur fonction nocturne sachant bien sûr que les braconniers et les mafias du Cèdre s’activent surtout à la tombée de la nuit .

                                                                             Mohammed Drihem

Comment here