Régions

« forum Marrakech post Covid-19 » Organise sa 3ème visioconférence sous le thème :  « Marrakech post covid-19, La ville durable ».

Dans le prolongement des visioconférences organisées par l’Agence urbaine de Marrakech sous l’égide de Mr Karim Kassi-Lahlou Wali de la région de Marrakech/Safi et gouverneur de la préfecture de Marrakech, le « forum Marrakech post Covid-19 » a organisé mardi 19 mai 2020 ; son troisième meeting sous le thème « Marrakech post covid-19, La ville durable ».

Cette troisième rencontre en vidéoconférence a ouvert le débat en invitant une pléiade de spécialistes pour un panel en vue de poursuivre la réflexion sur le modèle de villes capable de produire des espaces et un cadre pour un vivre-ensemble agréable, serein et sain.

Dans son message adressé aux participants à cette 3ème visioconférence organisée dans le cadre du Forum Marrakech Post-covid, le Wali de Marrakech/Safi ; Gouverneur de Marrakech Karim Kassi Lahlou a souligné que dans le cadre de ce Forum interactif « Marrakech Post-Covid-19 » qui se veut un espace de réflexions et d’échanges et dont la finalité est la concertation entre l’ensemble des acteurs concernés dans une démarche participative et inclusive réunissant aussi bien les acteurs institutionnels et les élus que la société civile ; deux visioconférences ont été organisés au cours des deux dernières semaines sous les thèmes respectifs : “espaces publics” et “préparer un nouveau départ pour les ateliers de construction post-pandémique” et, aujourd’hui encore avait-il ajouté, on n’est réuni pour débattre  du thème de «Marrakech ville durable»  dont le choix est dicté par les exigences de recherche de solutions holistiques selon une stratégie intégrée aux dimensions tournées vers l’avenir. En outre, le choix du sujet a également été dicté par les résultats des deux réunions précédentes, et l’interaction de nombreux intervenants, en soulevant un certain nombre de préoccupations qui concernent la gestion de l’espace public, le problème de la circulation et de la mobilité et la gestion des passages piétons et l’importance de rationaliser les ressources et les énergies

Pour lui ; la vérité c’est qu’avec ce choix, nous abordons les problèmes et enjeux les plus importants présentés par la période actuelle et les défis futurs pour notre pays ainsi que pour tous les pays du globe avait-il ajouté en se posant plus d’une question :

  • N’est-ce pas un objectif de durabilité que d’essayer de trouver des solutions et des méthodes alternatives pour faire face aux crises économiques.
  • N’est-ce pas un objectif de durabilité que de tirer parti des ressources naturelles et industrielles tout en les préservant le plus longtemps possible.
  • N’est-ce pas un objectif de durabilité de s’adapter à l’environnement et d’utiliser ses ressources le plus longtemps possible pour maintenir la continuité de la vie.
  • N’est-ce pas également des objectifs de durabilité d’assurer la mise en place d’un secteur de la santé capable de réduire la propagation des maladies et de fournir des traitements appropriés pour réduire les crises sanitaires mondiales.

Par conséquent, il est impératif de rechercher des réponses aux contraintes observées sur le terrain, contraintes qui devraient constituer une incitation à ouvrir une discussion sérieuse et un dialogue responsable sur la qualité de vie à Marrakech, et les moyens de préserver ses particularités et l’attractivité touristique en tant que pôle à rayonnement international, et lui permettre de suivre le rythme des changements sociaux. Économiques, environnementaux et culturels, tout en cherchant à imaginer de nouvelles façons à pérenniser le concept de ville durable avec ses différentes composantes et à étudier plus encore les moyens les plus efficaces de le télécharger sur le terrain dans notre ville comme dans notre destination.

La question de la durabilité nous pousse à rénover et à rechercher des équilibres entre les différentes composantes urbaines de la ville, à rendre nos quartiers actuels et futurs décents, flexibles et durables. Même dans des circonstances difficiles, il convient de rappeler que la ville de Marrakech a coexisté avec le concept de durabilité à travers les âges, car c’est une ville qui a toujours été en mesure de perdurer dans le temps et de préserver l’identité historique et culturelle d’origine, ainsi que sa capacité à s’adapter aux divers développements économiques et sociaux avait-il précisé.

Pour sa part, le directeur de l’Agence Urbaine de Marrakech, Said Loqmane, a mis l’accent sur la coordination et la réflexion commune pour faire de Marrakech une ville durable, harmonieuse, intégrée et propre.

Dans ce sens ; Il a émis une série de propositions pour la réalisation de cet objectif, dont notamment et entre autres  l’adoption d’un mode de transport durable et écologique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, d’une politique urbaine renouvelée dans son volet de planification et de gestion ainsi que d’une gouvernance urbaine multidimensionnelle et d’un financement local durable, tout en soulignant l’importance de l’approche éducative, en tant que l’une des approches de base pour opérer les changements souhaités, afin de préserver les ressources naturelles et de ne pas perturber les écosystèmes.

Il a recommandé la généralisation de la numérisation des services publics, le développement d’une nouvelle génération de documents d’urbanisme, flexibles et fondés sur une vision prospective, l’encouragement de l’investissement pour répondre aux attentes sociales, notamment en termes de logements, d’équipements et d’infrastructures, ainsi que l’utilisation des sources d’énergie renouvelables pour faire face au changement climatique et aux crises sanitaires.

Pour les différents panelistes intervenant lors de cette visioconférence ; Ils ont abordé le concept de la durabilité en rappelant les fondements et principes essentiels pour garantir une ville durable, relevant qu’outre ses effets néfastes à tous les niveaux, cette crise induite par la pandémie du Covid-19 constitue aussi une opportunité pour repenser et concevoir de nouvelles orientations et une vision prospective sur la durabilité de la ville de Marrakech.

Sur le plan économique, ils ont mis l’accent sur l’impératif du renforcement de l’économie locale, en encourageant l’investissement dans d’autres domaines, outre le tourisme touché de plein fouet par cette crise, suggérant, dans ce sens, la réinvention des offres touristiques et la promotion du tourisme interne et culturel, afin de favoriser la relance de ce secteur vital.

Ils ont insisté aussi sur la nécessité de faire de la ville un « hub » international, l’accélération du chantier de numérisation de l’administration et des services ainsi que sur la multiplication, la gestion efficace et la répartition équitable des espaces verts, et la création d’éco-quartiers et d’espaces multifonctionnels, tout en plaidant en faveur d’un changement des paradigmes de développement pour répondre aux nouveaux besoins des populations.

Les différents intervenants ont, par ailleurs, souligné l’importance d’une gestion rationnelle et durable des ressources hydriques et appelé à repenser la question de mobilité et de circulation et à impliquer les parties prenantes et les citoyens dans les différentes étapes de réalisation du chantier de « Marrakech ville durable et inclusive ».

 

                                                                        Mohammed Drihem

Comment here