DossierUncategorized

Appel du Réseau Marocain pour la défense du droit à la santé et droit à la vie

C’est l’heure de déconfiner la zone 2 du Maroc ?

 

Il est désormais clair que le confinement a atteint ses limites sanitaires et sa raison d’être. En effet, au moment où la charge virale régresse et les indicateurs de propagation de la covid-19 ne sont plus aussi alarmants qu’avant, il est temps de penser à mettre fin au confinement.

Les chiffres annoncés aujourd’hui sont dus au diagnostic précoce collectif passant de 200 par jour à plus de 17.000 par jour. Les porteurs asymptomatiques sont facilement détectés, mais les taux de prises en charges en unités de soins intensifs et réanimation, le taux de létalité ainsi que celui relatif aux décès sont très encourageant et reflètent la réussite de la stratégie d’urgence sanitaire pour laquelle notre pays a opté.

Aujourd’hui, l’allègement des règles de confinement imposées dans la zone 2 relève de l’urgence tout en respectant :

Le port de Masque obligatoire ;

Les mesures de distanciation sociales afin de protéger les personnes vulnérables et la création de périmètres de sécurité dans les usines, les commerces et les sociétés de services ;

Le lavage fréquent des mains et le respect des gestes barrières ;

Le respect des guides de bonnes pratiques et des protocoles préventifs dans les unités industrielles, agricoles, les commerces, les sociétés de services et dans les administrations publiques ; L’aération des locaux et leur désinfection au quotidien

Maintenir l’état de vigilance en interdisant des rassemblements de personnes, etc.

Des mesures préventives et de protection stricte doivent être réservées aux personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques.

Il semble que toutes ses mesures sont suffisantes pour faire barrière à la propagation de la pandémie tout en garantissant un retour à la normale.

 

Des études à travers le monde ont démontré qu’à la longue le confinement devient néfaste pour la santé des individus et peut avoir des conséquences psychologiques traumatisantes et dramatiques, notamment pour des populations vulnérables sur le plan psychologique et/ou socio-économique qui peuvent aller jusqu’à développer des maladies chroniques. Sur le plan économique, les projections sont alarmantes, notamment à travers des taux de chômage très élevé qui menacent de mettre en péril la stabilité sociale.

Les résultats du Maroc dans la gestion de cette pandémie sont excellents, la population a, majoritairement, démontré un état de conscience par rapport à la gravité de la situation et s’applique depuis le début de la crise à respecter les mesures sanitaires telles qu’elles lui ont été dicté. Cependant, face à cet état de fait, le gouvernement n’offre aucune vision claire et la continuité de sa stratégie reste ambiguë, notamment pour les habitants de la zone 2 ou l’on retrouve des villes qui constituent le moteur de l’économie du Maroc.

Certes la covid -19 est une crise sanitaire qui soulève des enjeux relatifs à la justice sociale, les libertés personnelles et les inégalités sociale qui se font sentir plus que jamais. Cela oblige les pouvoirs publics à encourager le travail associatif, les gestes de solidarités et de bienfaisance. Il faut également penser à la création des fonds d’urgence régionaux durant cette première période de décofinement, car la situation pour les plus vulnérables d’entre nous ne va pas s’améliorer du jour au lendemain. Il est indispensable de renforcer les aides destinées aux populations vulnérables, à ceux qui ont perdu leurs emplois et penser aux auto entrepreneurs avec des actions plus concrètes. Les actions dites de bienfaisance doivent être pilotées par les autorités administratives régionales et locales pour éviter toute utilisation politique à visées électorales. L’état doit continuer à verser des aides aux travailleurs et travailleuses qui ont perdus leurs emplois et aux ramidistes durant les deux mois à venir en attendant la création d’un SMIG social pour les personnes au chômage.

À l’heure du déconfinement le gouvernement doit repenser sa stratégie et penser à communiquer de manière plus claire et sans contradiction sa vision au peuple pour apaiser ses maux.

 

Ali lotfi

Président du réseau Marocain pour la défense du droit à la santé et droit à la vie

Comment here