Monde

Une nouvelle plateforme en ligne sur la reprise durable et résiliente post-COVID-19 a été lancée par le gouvernement japonais avec le soutien d’ONU Climat.

La nouvelle plateforme accessible en anglais appelée « Platform for Redesign 2020 » (Repenser 2020), est une plateforme qui rassemble les politiques et les actions climatiques et environnementales des pays qui sont planifiées et mises en œuvre dans le cadre de la reprise après COVID-19.

Alors que la crise COVID menace de saper l’action mondiale en faveur du climat, la reprise après la pandémie est une occasion historique de remodeler les économies conformément aux objectifs de l’Accord de Paris et de rendre les économies mondiales plus écologiques afin de créer un monde plus sain et plus durable.

Avant le lancement, le ministre japonais de l’environnement, M. KOIZUMI Shinjirō , a déclaré Partout dans le monde, les gens sont confrontés aux graves conséquences de ces deux crises. Les efforts de relance après la pandémie devraient donc s’attaquer en même temps à la crise climatique.

Cette plateforme aide les pays à remodeler leurs systèmes économiques et sociaux en cette période de double crise : la pandémie COVID-19 et le changement climatique, a-t-il expliqué.

Selon un communiqué de presse de l’ONU changements Climatiques ; La plate-forme « Redesign 2020 » offre une source de connaissances et d’échanges dédiées aux gouvernements et aux acteurs non étatiques. Elle présente des informations sur les politiques et les mesures prises par les gouvernements nationaux qui contribuent à une reprise post-COVID-19 durable et résiliente.

Et d’ajouter que ; la plateforme a été lancée dans le cadre d’une réunion ministérielle en ligne, qui a été présidée et ouverte par le ministre KOIZUMI et par Mme Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. L’ouverture a été honorée par des messages inspirants de M. ABE Shinzō Abe, Premier ministre du Japon et de M. António Guterres, Secrétaire général des Nations unies.

La réunion a été suivie par 34 ministres et 10 vice-ministres du monde entier.

Mme Espinosa a chaleureusement remercié et félicité le gouvernement du Japon pour cette plate-forme importante et très pratique, déclarant qu’il était nécessaire d’avoir une reprise post-COVID-19 mondiale coordonnée qui fait suite à l’Accord de Paris et à l’Agenda 2030 des Nations unies.

Le lancement de la plate-forme arrive à point nommé, étant donné que les pays soumettront des contributions nationales déterminées (NDC) nouvelles ou actualisées d’ici la fin 2020.

Les NDC incarnent les efforts déployés par chaque pays pour réduire les émissions nationales et s’adapter aux effets du changement climatique et sont au cœur de l’Accord de Paris. Chaque NDC reflète l’ambition du pays, en tenant compte de sa situation et de ses capacités nationales, et est mis à jour tous les cinq ans, à partir de 2020.

Mme Espinosa a déclaré : Prévenir la propagation de l’infection a été l’approche la plus efficace pour lutter contre la pandémie. Prévenir les émissions futures est l’approche la plus efficace pour faire face au changement climatique.

Cela doit être un effort de collaboration mondiale. Le multilatéralisme et la collaboration ont toujours conduit et conduiront toujours au succès. Qu’il s’agisse de réparer la couche d’ozone ou de vaincre la polio en Afrique, la capacité de l’humanité à apporter des changements positifs est infinie, a souligné Mme Espinosa.

Le lancement de la plateforme, ainsi que la réunion ministérielle, servent également à donner un élan à la conférence annuelle sur les changements climatiques, la COP26, qui a été reportée à 2021 en raison de la COVID-19.

Le ministre Koizumi a déclaré : Cette réunion constitue un important tremplin vers la COP26 et contribuera au succès de la COP26 en stimulant le dialogue sur le climat. Les résultats de cette réunion seront transmis au monde entier par le biais de diverses réunions, selon un calendrier approprié.

La plate-forme de refonte sera utilisée comme un site important pour le partage d’informations et d’expériences, a-t-il ajouté.

Mohammed Drihem

À propos de la CCNUCC

      Avec 197 Parties, la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) jouit d’une adhésion presque universelle. Elle accueille l’Accord de Paris sur les changements climatiques de 2015 sous son égide. L’objectif principal de l’Accord de Paris est de maintenir la hausse de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius au cours de ce siècle et de mener des efforts visant à limiter encore plus l’augmentation de la température, soit à 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. La CCNUCC accueille aussi le Protocole de Kyoto de 1997 sous son égide. L’objectif ultime de tous les traités qui entrent dans le cadre de la CCNUCC est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique, dans un laps de temps qui permet aux écosystèmes de s’adapter naturellement et facilite le développement durable.

Comment here