Régions

PANDEMIE DU CORONAVIRUS : PROFESSIONNELS DE LA RESTAURATION ACCUSENT LA MISE SOUS CLOCHE DE LA VILLE D’IFRANE ASPHEXIANT L’ECONOMIE LOCALE  

Bien qu’elle n’ait jamais enregistré de foyer de contamination au COVID-19 nécessitant l’application des restrictions des déplacements vers et depuis la ville d’Ifrane ; cette dernière a été mise sous cloche juste après la fête du sacrifice (Aid El Kebir) par les autorités qui ont multiplié, les mesures de restrictions, avec déploiement de barrages routiers aux quatre entrées et sortie de la cité menant vers Fès, Boulmane, Azrou et vers Meknès où les visiteurs sont soumis à un strict control et à des refoulement même vers leurs villes d’origine et des patrouilles de contrôles au cœur de la ville jour et nuit.

De l’avis de plus d’un commerçant et restaurateur, cette « mise sous cloche » de la ville d’Ifrane n’a que trop duré et a asphyxié l’économie locale basée essentiellement sur l’activité touristique touchée de plein fouet aussi bien par cette pandémie universelle que par cette décision incompréhensible de « Mise Sous Cloche » de la cité aussi bien en été qu’en ce début d’automne.

Devenue insupportable et asphyxiante pour l’économie locale ; cette décision de mise sous cloche de la ville d’Ifrane a poussé les propriétaires et gérants des cafés-restaurants du centre-ville et ceux du marcher municipal d’Ifrane de mettre les clés sous les paillassons à partir de Mardi 01 Octobre prochain jusqu’à nouvel ordre et ce, en signe de protestation contre cette décision des autorités locales qui n’a que trop duré interdisant ainsi l’accès à la ville aux touristes et visiteurs surtout en ces jours où les grandes des destinations touristiques telles que Agadir et Marrakech se préparent à accueillir les touristes internationaux mêmes.

D’autres part, il y’a lieu de signaler que bon nombre de familles à Ifrane notamment et surtout celles qui sont dans le besoin dans les différents quartiers d’Ifrane sans exception; souffrent le martyr pour survivre en ces temps de pandémie marqués par la flambée des prix observée au niveau des différents commerces de la cité et qui dépassent de loin le pouvoir d’achat de la majorité de nos concitoyens et par le manque de ressource de survie dans cette localité qui ne vit que du tourisme qui a été asphyxié cette année par cette mise sous cloche imposée par les autorités locales.

A ce sujet, bon nombre de nos concitoyens demandent à ce que le Souk Hebdomadaire d’Ifrane rouvre ses portes devant les citoyens de la ville d’Ifrane pour leur permettre de s’approvisionner à bon prix et relativement moins chers que les prix affichés par les différents commerces de proximité dans la localité.

Pour les citoyens d’Ifrane, le souk hebdomadaire de la cité est assez vaste pour permettre l’application de toutes les mesures de protection qui s’imposent par la loi pour lutter contre la propagation de la pandémie du COVID-19.

Mohammed Drihem

Comment here