Environnement

ERRACHIDIA :   « TARDA » ; UNE NOUVELLE METEORITE MAROCAINE RECONNUE PAR LE COMITE DE LA « METEORITICAL SOCIETY »  

La chute observée de météorite au Maroc le 25 Août 2020 dernier vient d’être officiellement reconnue par les instances internationales de la Meteoritical Society sous le nom de « TARDA ». En effet,  le Comité de Nomenclature de la « Meteoritical Society » a publié recemment et officiellement la dernière chute de météorite Marocaine sous le nom de « TARDA » dont la déclaration a été réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université Hassan II de Casablanca, Faculté des Sciences Ain Chock.

A rappeler dans ce sens que Le Mardi 25 Août 2020 dernier vers 14h30, plusieurs témoins oculaires ont observé un météore dans le ciel du Sud du Maroc et des échantillons ont été récoltés. Illico presto ; des chercheurs du laboratoire GAIA de l’Université Hassan II de Casablanca Faculté des Sciences Ain Chock les ont étudiées en partenariat avec un groupe de scientifiques de différents laboratoires. Un consortium de neuf spécialistes de six laboratoires américains et d’un laboratoire allemand a été constitué autour de Pr. H. Chennaoui pour en faire la classification et la déclaration. Ce travail a été soutenu par ATTARIK Foundation for Meteoritics and Planetary Science.

Aussi ; il y’a lieu de souligner que mardi 25 août 2020 vers 14h30 heure marocaine (GMT + 1), une boule de feu a été observée depuis les villes de Alnif, Zagora, Tazarine et Rich dans le Sud du Maroc. Sa trajectoire était du Sud-Ouest vers le Nord-Est. Plusieurs chasseurs de météorites et habitants de ces régions ont commencé leurs recherches le même jour entre Goulmima et Errachidia.

La première pièce a été retrouvée le lendemain près du village « Tarda ». La route nationale reliant Ouarzazate à Errachidia traverse la zone de la chute en son milieu. En raison de la facilité d’accès, des milliers de personnes se sont rapidement rendues dans la région. Les chaînes de télévision nationales Al Oula et 2M ont couvert l’événement. Une mission de terrain a été organisée sur la zone de la chute les 27 et 28 août 2020, par le Pr Hasnaa Chennaoui, le Pr Faouziya Haissen avec le Dr Mohamed Aoudjehane (membres du conseil d’administration de la Fondation ATTARIK), avec le soutien du Pr Hicham Si Mhamdi (Faculté des Sciences, Errachidia), Adam Aaronson et des membres de l’Association marocaine des météorites (Ahmed Bouferra, Mohamed et Zaid El Guireh).

Plusieurs témoins oculaires de zones situées jusqu’à 150 km de distance ont été interrogés. Ils ont reporté une boule de feu jaune vif de la taille d’un tonneau avec des bordures vertes qui libérait des petits éclats. Le météore a été suivi d’une épaisse traînée de fumée blanche qui est restée en suspension pendant plusieurs secondes. Le phénomène était accompagné d’un sifflement, suivi de détonations. Des milliers de petites pierres, pour la plupart des pièces complètes, ont été collectées. Leurs poids vont de quelques milligrammes à 99 g. De nombreux morceaux ont été récupérés par des chasseurs à l’aide d’aimants.

L’ellipse de chute est d’environ 3 km de long et situé à environ 10 km à l’Est de « Tarda ». Le Comité International de Nomenclature (NomCom) de la Meteoritical Society (MetSoc) unique instance au monde à valider les classifications des météorites exige des données précises. Pour cela, les coordonnées des pièces collectées et les témoignages sont importants pour la déclaration des chutes de météorites. Les analyses entreprises ont permis de faire la classification de cette météorite en tant que Chondrite Carbonée C2 non groupée (C2 Ungrouped). Ce type rare de météorite est fondamental pour la compréhension de l’origine de l’eau sur Terre, de celle de la matière organique et de l’histoire de la formation du système solaire. Des travaux de recherche scientifique ont déjà été entamés et promettent des découvertes intéressantes.

Il s’agit ainsi de la 21ème chute observée Marocaine dont les 15 dernières ont été officialisées grâce aux travaux du Pr Chennaoui de l’Université Hassan II de Casablanca avec un nom de lieu Marocain. Elle contribue ainsi à l’enrichissement et à la valorisation du patrimoine géologique national. Ce thème de recherche est développé à la Faculté des Sciences Ain Chock depuis vingt ans. Il est basé sur une stratégie de recherche en collaboration avec des scientifiques du monde entier.

La 5ème chute de météorite martienne « Tissint » avait fait l’objet d’un article de référence, publié dans la revue Science (Chennaoui et al. 2012). Le Maroc est parmi les pays les mieux organisés dans le monde pour la déclaration des chutes observées de météorites. Cette dynamique, initiée à l’Université Hassan II de Casablanca et soutenue par la fondation ATTARIK, lui confère une position qui honore la recherche scientifique de notre pays et lui donne une visibilité internationale dans un domaine de recherche très pointu. Pour rappel, l’Université Hassan II de Casablanca avait accueilli le 77ème congrès annuel de la Meteoritical Society en Septembre 2014 pour l’unique fois dans un pays du Maghreb et du Moyen Orient. Ce congrès était présidé par le Pr. Hassna Chennaoui, il a duré une semaine et a vu la participation de 420 chercheurs dont 40 venant de la NASA.

Mohammed Drihem

Comment here