SociétéUncategorized

Marrakech : Zouhair Benkhaldoun du comité D’organisation de la 5ème Edition de L’école Arabe d’Astrophysique : « Nos activités sont dirigées vers le Monde Arabe »

Initialement prévue en présentiel en Egypte et  à cause des restrictions imposées la pandémie du Coronavirus (COVID-19) ; la 5ème Ecole Arabe d’Astrophysique a été organisée virtuellement du 17 au 22 octobre 2020 courant  avec le concours d’éminents scientifiques membres de la commission d’organisation représentant l’institut des recherches astronomiques d’Egypte, l’Université Cadi Ayyad de Marrakech et Centre Harvard-Smithsonian d’astrophysique des USA (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics) partenaires de l’association Arabe d’astronomie et l’association scientifique pour l’astronomie et l’espace pour la vulgarisation des sciences d’astronomie et le soutien des jeunes chercheurs en astronomie dans le monde arabe.

Les sujets théoriques et pratiques abordés par les participants à cette 5ème Ecole Arabe d’Astronomie ont porté sur le « High Energy Astrophysics » et la « Spectroscopy » et ont été animés par 14 professeurs et chercheurs spécialisés en la matière venant d’Egypte, de l’Inde, d’Amérique et du Royaume Uni à connaitre : Antonell Fruscione, Jonathan McDowell, Kenny J. Glotfelty, Nick Lee, Frank Primini, Rodolfo Montez,        Doug Burke, Vinay Kashyap, Aneta Siemiginowska, et Hans Moritz Gunther tous du Center for Astrophysics | Harvard & Smithsonian, Cambridge, USA, Ranjeev Misra et Gulab Dewangan de l’Inter-University Centre for Astronomy and Astrophysics, Pune, India, Sherehan Shehata, National Research Institute of Astronomy and Geophysics (NRIAG), Egypt et Poshak Gandhi, University of Southampton, UK et enfin Hans Moritz Gunther du Massachusetts Institute of Technology (MIT) , Cambridge, USA .

56 étudiants représentant 21 pays dont l’Egypte, l’Algérie, la Jordanie, le Maroc, le Koweït, l’Arabie saoudite, la Lybie, la Palestine, le Liban, le Katar le Soudan, le Yémen, la Tunisie et d’un façon exceptionnelle cette année, des étudiants représentant des pays non arabes tels que l’Ethiopie, l’Iran, le Honduras, la Namibie, l’Inde, le Madagascar, les Philippines et le Népal.

Pour Zouhair Benkhaldoun Directeur du premier Observatoire Astronomique professionnel au Maroc sur le site de l’Oukaimeden et président de l’Association Arabe d’Astronomie ; les deux premières éditions de cette école arabe internationale qu’organise l’association ont été organisées au Maroc en 2016 et 2017 dont une à l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, la troisième édition à l’Université Américaine de Beyrout au Liban et la 4ème et cette 5ème Edition en Egypte.

Ce n’est pas là la seule activité qu’organise notre association car nous travaillons dans plusieurs autres domaines relatifs à la recherche scientifique et dont les activités sont principalement dirigées vers les pays du monde arabe et vers les chercheurs issus de cette partie du monde a-t-il ajouté. L’objectif de notre association aussi a-t-il précisé ; est d’apporter notre soutien et notre aide aux jeunes chercheurs issus du monde arabe et d’assurer une certaine mobilité des étudiants dans le cadre des échanges que nous avons notamment avec l’Université de Harvard en autres (Voir Déclaration vidéo du Dr Benkhaldoun).

Entre autres principales recommandations issues des travaux de cette 5ème Ecole Arabe d’astronomie : La nécessité de poursuivre des échanges entre étudiants et enseignants et chercheurs participants en vue de renforcer leurs connaissances scientifiques et de profiter des expériences et du savoir des experts en matière d’astrophysique et aussi, la poursuite de la collaboration scientifique entre les  étudiants eu même.

Mohammed Drihem

 

 

Comment here