Dossier

COMMEMORATION DU 45ème ANNEVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Logique et illogique dans le dossier du  Sahara Marocain 

Le Royaume du Maroc a connu, depuis l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohamed 6 que Dieu l’assiste, une transformation majeure de ses relations internationales. Le Maroc, a fait le choix depuis plusieurs années de diversifier ses partenariats et de s’ouvrir sur de nouveaux espaces géographiques  de manière à développer toute forme de coopération novatrice et d’optimiser toutes les opportunités. Ces opportunités sont à même d’offrir des axes stratégiques pour la diplomatie marocaine initiée par le souverain depuis son intronisation. Dans cette perspective, le dossier du Sahara marocain a connu plusieurs développements politiques, diplomatiques, et sécuritaires tout cela, grâce à l’implication juste et claire du Maroc envers ce dossier national, qui touche à l’intégrité territoriale du royaume.

Le Maroc, depuis l’éclatement de ce différend ne cesse de fournir des efforts constructifs et de proposer des solutions crédibles et réalistes, pour faire évoluer le traitement de ce dossier conformément aux recommandations du conseil de sécurité axées sur la légalité du droit international et celles de la communauté internationale qui traduit la volonté internationale. Le Royaume du Maroc, grâce a la vision claire et lucide de Sa Majesté le Roi que Dieu le glorifie, reconnait d’office ces valeurs mentionnées dans toutes les résolutions onusiennes en vue d’asseoir un processus politique édifié sur les principes de : La justesse, la durabilité, l’acceptation mutuelle et basé sur le consentement synallagmatique : comme : la non ingérence- le bon voisinage- le respect mutuelle valorisant un partenariat « gagnant-gagnant ». A bon entendeur, la balle est de l’autre coté. Il n’y a pas plus claire que l’appel de la politique étrangère marocaine.
Toutefois, les adversaires de la voix de la justesse, de la raison et de l’intérêt commun ne l’entendent pas de cette oreille !  Ils continuent à naviguer à contre courant quitte à s’engouffrer dans les miasmes de leur entêtement hors de l’esprit des conjonctures. Où en sommes-nous à la 45ème commémoration de la marche verte ?
Après  45 longues années de ce différend, les résolutions du Conseil de Sécurité se multiplient et se suivent. Aujourd’hui, la résolution de 2020 (2548) adoptée par le Conseil de Sécurité, dépasse la solution référendaire désormais caduque et irréaliste, elle se réfère, alors et à six reprises, à la solution politique : réaliste, pragmatique, et durable, basée sur le compromis. Notant que,  ceux qui continuent à évoquer l’option référendaire s’inscrivent hors du cadre onusien. Ainsi, cette résolution, insiste sur la constance de l’esprit de l’initiative d’autonomie marocaine comme solution politique convenable pour régler ce différend régional comploté.
Alors que le Maroc entreprend et propose, parfois même à ses détriments, nos adversaires restent figés dans leur position : Ils répètent les mêmes fantaisies insensées incrédibles et irréalisables !
S’agit-il d’une sclérose ?! Il faut rappeler que la Méduse à force de vouloir rester pétrifiée, a eu la tête coupée ! Rappelons que les dernières résolutions exhortées toutes les parties à innover en proposition pour faire avancé le processus du dialogue. Le comble c’est qu’ils vont même jusqu’à opter pour la politique de l’autruche et déclarer qu’ils ne sont pour rien dans cette affaire ! Qui autorise le Polisario à investir ses territoires géographiques ? Qui le finance ? Qui l’arme ? Vos agissement ne sont plus ignorés d’aucun. Cette position est insensée ! Quand la bassesse  va à ce point ! Quand l’animosité se déploie gratuitement sans cause aucune et sans intérêt aucun ! Comment espèrent-ils convaincre les Etats qui se respectent du bien fondé de leur thèse ?
Dorénavant, la vérité est éclatante : Le processus de règlement de ce conflit machiné, se dessine à l’horizon et avec l’entendement de droit International, des Institutions onusienne et de toute la Communauté internationale : « l’initiative d’autonomie marocaine, soutenue par le Conseil de sécurité et les grandes puissances comme l’unique option logique pour régler ce conflit » . Il est claire maintenant que l’insensé et l’illogique ne feront jamais loi, et que ceux qui les défendent, même sans se déclarer, sont loin de tout honneur ! Ceux qui rallient leur position vendent leurs âmes. Quant au Maroc, il «restera ferme sur ses positions et ne se laissera nullement fléchir par les provocations stériles et  les manœuvres  désespérées  des autres partie » .
En tant que marocain, on peut se féliciter de la politique étrangère marocaine menée par les diplomates marocains, dirigée par son excellence M. le ministre Nasser Bourita, et chapeauté par la clairvoyance des hautes directives de Sa Majesté le Roi que Dieu le glorifie.

Ecrit par Mohamed NAZIM, étudiant en droit, le 08/11/2020.

Comment here