ÉconomieRégions

Souss Massa : Lancement de la 1ère ferme aquacole

Souss Massa : Lancement de la 1ère ferme aquacole

Halimi Abdallah; halimipress@gmail.com

Le secteur aquaculture au Maroc,  qui présente de grandes potentialités, peut contribuer à une croissance économique, à garantir une  sécurité alimentaire, de s’intégrer davantage dans le commerce international des produits de mer.

Souss Massa : 24 projets retenus par l’ANDA

Suite à un appel à manifestation d’intérêts (AMI) lancé en décembre 2017, l’ANDA (Agence Nationale de Développement de l’Aquaculture) a retenu, en octobre 2018, vingt-quatre projets, dont 3 sont portés par 11 jeunes promoteurs. Ces projets concernent l’agroculture (4 projets) et la conchyliculture (20 projets).

Onze projets sont en cours d’installation sur une superficie globale de 438 ha pour un investissement global  de 248 MDH. « Ces projets de grande envergure prévoient, à l’horizon 2023, une production de 13.000 T/an et la création de 319 emplois directes » a précisé M. Brahim Hafidi, le président du Conseil Régional Souss Massa.

Pour le développement de  la filière aquacole de la région, l’ANDA a mis en place une stratégie de valorisation de plus de 80.000/an sur une superficie de 4.110 ha, dont 2895 ha sont destinés à la réalisation de fermes aquacoles qui permettront une production annuelle de 81.000 T. Les espèces retenues pour cette filière au niveau de la région, la conchyliculture et la pisciculture,  sont réparties en quatre zones : Imessouane (465 ha), Cap Ghir-Tamghart (810 ha), Tifnit-Oued Massa (585 ha), Oued Massa-Sidi Boulfdail (1035 ha).

Pour assurer la mise en place de ces projets, le Conseil Régional mobilise un montant de 20 MDH auquel s’ajoutent 12 MDH programmés par le département du ministère de tutelle.

1ère installation d’une ferme aquacole

Au niveau de la région Souss Massa, la première installation de projets aquacoles a été lancée par la société morocco-espagnole «  BARLOMAR SA » immatriculée sous le N° 421501. Il s’agit de la création et l’exploitation d’une ferme aquacole au niveau de la zone Imi Ouddar baptisée « Barlomar » qui s’étend sur une superficie de 176 ha pour une production de plus de 8.000T/an de moules. Le coût investissement de ce projet est de 15 Millions d’euros générant ainsi la création de 250 emplois directs.

Ce projet fait l’objet d’une convention de création et d’exploitation N° 2019/SMA/008, pour une durée de 10 ans signée, le 27 mars 2019, entre la Société et le Ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, de développement rural et des eaux et forêts. (Voir BO N° 6896 du 2 juillet 2020, 10 kaada 1441).

L’activité de cette ferme est l’élevage d’huitres « Crassostrea gigas » et la moule « Mytillus galloprovincialis » et « Perna perna ».

 

L’aquaculture nationale

Au Maroc, l’histoire de l’aquaculture remonte au début des années cinquante : l’élevage des huitres dans les lagunes de Oualidiya, puis en 1985 au niveau des lagunes du Nador et M’Diq, en 1992 sur l’embouchure de Moulouya.

En 2016, le Maroc compte en 21 fermes aquacoles avec une production de 470 T d’aquaculture marine, 289 T d’huitres et 181 T de loup bar européen.

Malgré les grandes potentialités qu’offrent le littoral pour le développement et la valorisation de ce produit (la qualité d’eau, le climat, la température …), la production nationale est restée faible : environ 530 T en 2017 pour une valeur de plus de 21 MDH.

Pour permettre un développement de la filière, l’ANDA créée en 2011, dans le cadre du plan Halieutis, a mis en place des plans d’aménagements aquacoles au niveau de la Méditerranée et du littoral de l’Atlantique. Cinq plans sont validés concernant les régions de Dakhla-Oued Eddahab, Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, l’Oriental et Guelmim-Oued Noun (partie Sidi Ifni) avec un potentiel de production annuel estimé à 380.000 tonnes.

Pour la réalisation de ces plans, l’ANDA a lancé en 2015 un appel à manifestation d’intérêts (AMI) pour la mise en œuvre du plan d’aménagement aquacole de la région de Dakhla-Oued Eddahab et en 2017 pour la région Souss Massa Tanger-Tetouan- Al Hoceima.

L’aquaculture reste un créneau d’avenir et prometteur, très porteur et qui revêt une grande importance sur le plan de sécurité alimentaire  au niveau national et son  positionnement sur le marché mondial.

Halimi Abdallah

Comment here