Environnement

LA TORTUE MORESQUE EN WEBINAIRE SOUS LE THEME : « Menaces et enjeux de conservation de la tortue grecque dans l’espace méditerranéen »

Dans la cadre de son projet relatif à la qualification du Site d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE) du Zerhoun en un parc naturel Volubilis-Zerhoun financé par le Programme de Petites Initiatives pour les Organisations de la Société Civile d’Afrique du Nord (PPI-OSCAN) de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ; l’association Ifker d’éducation à l’environnement et développement durable de la Ville de Moulay Driss Zerhoune a organisé mardi dernier (24/11/2020) un Webinaire sous le thème : « Menaces et enjeux de conservation de la tortue grecque dans l’espace méditerranéen »

Bien connu pour la diversité de ses habitats écologiques composés de forêts, clairières, steppes rocheuses et de prairies entre autre ; le massif de Zerhoun et la nature de son bioclimat semi-aride offre des conditions favorables et optimales pour l’installation et le développement de la Tortue grecque (Testudo graeca) qui est une espèce de tortues de la famille des Testudinidae appelée aussi : Tortue mauresque dont les sous-espèces typiques du Maroc sont : Testudo graeca soussensis, Testudo graeca marokkensis, Testudo graeca graeca.

La présence d’une végétation très diversifiée, le long de toute l’année et des ressources en eau suffisantes, offre les conditions écologiques idéales et sans égale pour une présence notoire de cette espèce dans le massif où l’association Ifker d’éducation à l’environnement et développement durable en a fait un enjeu fondamental dans son plaidoyer pour les ressources naturelles du massif.

L’organisation de ce Webinaire corrobore une série d’activités dans les clubs d’environnement des écoles de la cité de Moulay Idriss, dont le dernier a concerné la tortue et qui a donné naissance à un livret pédagogique au profit des enseignants.

Selon IFKER ; la Tortue grecque de par son statut de conservation a été retenue comme espèce indicatrice de l’état écologique de ce massif. Et de rappeler que de toutes les tortues terrestres du monde ont été fortement pillées dans la nature où le prélèvement illicite de cette espèce se chiffre à des dizaines de milliers.

Conscient de la gravité de cette situation ; le Maroc a entamé plusieurs mesures et programmes de conservation de sa biodiversité. Sur le plan juridique et conventions internationales, le Maroc a ratifié en 1978 la Convention de Washington sur le commerce illicites des espèces menacées CITES. En 2005, il a promulgué la Loi n° 29-05 relative à la protection des espèces de flore et de faune sauvages et au contrôle de leur commerce. La présente loi a pour objet la protection et la conservation des espèces de flore et de faune sauvages, notamment par le contrôle du commerce des spécimens de ces espèces.

Face à cette situation alarmante et régressive du statut de conservation de cette espèce, il est urgent d’entreprendre des actions de protection et de conservation de cette espèce de reptile menacée d’extinction, notamment par la recherche et l’éducation au développement durable.

Mohammed Drihem

Comment here