ActualitéMaroc

Maroc-Sahara :Les médias nationaux appelés à diversifier leurs outils de travail pour défendre la marocanité du Sahara, selon un panel de conférenciers

Les médias nationaux sont tenus de développer et de diversifier  les outils  de production de l’information en plusieurs langues dont notamment l’anglais et l’Espagnol pour la défense de l’intégrité territoriale et de la marocanité du Sahara, selon M.Mohammed Loulichki, ex-représentant du Maroc aux Nations Unies (ONU) et “senior fellow at The Policy Center for the New  Sowth”.
Intervenant dans le cadre d’une intéressante table ronde virtuelle organisée récemment par la Fondation Lissane Eddine Ibn Al Khatib pour les Etudes et le Dialogue des Cultures  sous le thème  « Le rôle de la presse nationale  dans l’élaboration des causes nationales :cas de la question du Sahara » , l’ancien diplomate a proposé à la presse nationale d’insister sur le rôle  exclusif de l’ONU pour résoudre la question du Sahara et d’appuyer l’initiative viable et réaliste de l’autonomie au Sahara, dans le cadre de la souveraine marocaine.
M.Loulichki a invité les médias nationaux a s’intéresser davantage à l’ouverture diplomatique et économique du Maroc sur l’Afrique et à contribuer à l’atténuation de l’état de « discordance »    qui caractérise encore la position de certains pays africains vis-à-vis de la marocanité du Sahara, soulignant que la presse marocaine a un rôle essentiel à remplir pour faire connaitre la justesse de la cause  nationale  aux plans régional, africain et international..
Le degré de développement fulgurant aux niveaux  social, économique,  culturel et des infrastructures que connaissent les provinces marocaines du Sud doit être mis en exergue non seulement à travers les médias nationaux dont la Télévision , mais aussi par l’organisation des visites  aux diplomates, aux étrangers, aux acteurs associatifs marocains et étrangers pour leur permettre de constater de visu l’effort gigantesque accompli par le Maroc au Sahara , a-t-il insisté, ajoutant que le secteur privé est invité à épauler l’Etat marocain dans le processus du progrès et de la prospérité des provinces sahariennes.
Cette table ronde virtuelle, modérée par M. Abdessalam Zerouali, ex-délégué de la communication à Fès et Laayoune, a enregistré les interventions pertinentes et franches d’une pléiade de journalistes, chercheurs spécialistes en médias et  acteurs associatifs, tels Bachir Dkhil, Talha Jibril, Abdelkebir Akhchichene, Charki Khaitar, Mohammed Kacimi, Ismahane Ammour,  Abdessalam El Azzouzi,  Mohammed Regraguii,  Mohammed El Aouni, et le Koweitien Naif Abou Gherab.
Tous ont été unanimes à admettre  que la  défense des causes nationales dont la marocanité du Sahara est un devoir inaliénable pour affronter les ennemis de l’intégrité territoriale du pays  et contrecarrer les allégations et mensonges qu’ils véhiculent à travers les réseaux de propagande à la solde des séparatistes et leurs séides d ’Alger .
L’ex-dirigeant du Front Polisario, Rachid Dkhil, acteur associatif notoire, a conseillé aux  sécessionnistes de se départir de leur propagande qu’ils sont entrés en guerre contre le Maroc après la réouverture du poste frontière d’El Guergarate, soulignant que leurs prétentions fallacieuses  de bombarder et pilonner les positions marocaines administrent la preuve qu’ils vivent encore au temps de « la guerre froide ».
L’intervenant a affirmé que « la guerre n’aboutira jamais à la victoire »  indiquant que « la victoire dans ce conflit sur le Sahara réside  dans la négociation autour d’une table  de dialogue  pour parvenir à une solution satisfaisante  pour tous ».
Les médias nationaux sont tenus, suggère-t-il,  de s’intéresser aux  « sahraouis nés  après 1975  dans les camps  de Tindouf et qui ont une vision sombre  sur la situation au Maroc » du fait de la propagande du Polisario et de son protecteur algérien, invitant les mass médias à adopter un discours convaincant pour « changer l’image déformée incrustée depuis plus des décennies  dans leurs esprits et leur véhiculer une image authentique et réelle sur la situation » au royaume et au Sahara.
Les autres intervenants ont insisté, pour leur part, sur l’impérieuse nécessité de la désignation par l’ONU d’un nouveau émissaire au Sahara pour reprendre le dialogue et les pourparlers entre les parties en conflit .
Ils ont  proposé aussi  d’accorder un soutien  matériel conséquent aux entreprises de presse, de porter un grand intérêt à  l’ouverture tous azimuts du Maroc sur l’Afrique,  d’accentuer la formation professionnelle des journalistes pour leur permettre de plaider avec efficacité la justesse de la cause nationale, d’ établir des liens forts entre les médias nationaux et les centres institutions de recherche nationaux et internationaux et de diversifier les langues de travail  en adjoignant notamment l’anglais et l’Espagnol, et d’user les réseaux sociaux pour contrecarrer la propagande  des sécessionnistes et leurs suppôts et acolytes algériens .
Kaddour Fattoumi
.

Comment here